Actualités viticoles

Marchés du vin Les courtiers constatent un ralentissement

Publié le lundi 17 juin 2013 - 16h58

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Lors de son 59e congrès, la Fédération nationale des courtiers en vins et spiritueux a fait le constat d’un ralentissement du marché et des graves conséquences du manque de vins dans certaines régions. Pour le nouveau président de la fédération, le Bourguignon Jérôme Prince, les courtiers doivent être mieux formés.

Réunis le 17 juin au palais des congrès de Bordeaux (Gironde), les courtiers en vin et spiritueux ont tenu leur 59e congrès. Au menu, un tour d’horizon de chaque région tracé par chaque président. Il en ressort une tonalité plutôt maussade avec quelques situations contrastées.

Ainsi, l’Alsace « ne se porte pas trop mal, selon Éric Fleischer, président des courtiers de cette région. Nous produisons ce que nous vendons. Les prix sont stables. Les marchés sont confortés. Mais nous déplorons la défaillance d’un opérateur (Lucien Albrecht, NDLR), qui a déposé le bilan en 2012. Une situation qui a créé des turbulences. »

Pour le Bordelais, Xavier Coumau a rappelé qu’avec 5,2 millions d’hectolitres, la récolte 2012 était en diminution de 4 % par rapport à celle de 2011. Depuis quatre mois, il observe un ralentissement dans la commercialisation et un retard de livraison entre viticulture et négoce. Au passage, il rappelle la campagne des primeurs qui a été « la plus difficile » depuis quinze ans.

En Bourgogne, « la situation est délicate, selon Jérôme Prince, le président de la Fédération nationale des courtiers en vins et spiritueux. La qualité est excellente, mais les rendements sont très faibles. Le déficit de production est criant. Cela fait quatre ans que les récoltes sont en déficit. Il y a très peu de volumes à vendre et les prix augmentent. On prie tous les jours pour que la récolte soit normale ».

Cédric Subrin, dans le Beaujolais, n’est pas plus optimiste : « En volume, 2012 est catastrophique », lâche-t-il. La seule porte de sortie, il la voit avec la diversification dans les crémants.

En Languedoc-Roussillon, Jean-Pierre Py ne peut qu’observer, depuis avril, un retard de retiraison de trois mois et donc des retards de paiements, sans compter la chute des cours. « Nous avons perdu entre 5 et 10 euros l'hectolitre », explique ce courtier basé à Carcassonne (Aude), sans donner plus de précision au sujet du type de vins concernés. À cela s’ajoute la concurrence espagnole qui fait rage. « La situation est grave. Les nuages sont au-dessus de notre tête », avertit-il.

À Nantes (Loire-Atlantique), la situation est également compliquée. L’éclaircie est-elle en Provence ? « Nos vins montent en gamme. Et l’export commence à percer », se réjouit Pierre-Jean Bertri dont l’agence se situe à Pierrefeu-du-Var.

Cette matinée a été aussi l’occasion d’élire le nouveau président de la fédération française des courtiers. Un vote à main levée qui a souri à Jérôme Prince, président des courtiers de Bourgogne. Il succède au Champenois Yves Fourmon.

Le tout nouveau président a tracé les premières lignes qui pourraient tisser l’avenir de cette fédération : d’abord elle se doit d’être un lieu d’échanges. Pour cela, Jérôme Prince entend aller sur le terrain, à la rencontre de ses collègues, des interprofessions, des négociants et viticulteurs.

Et il y a un autre chantier qui lui tient à cœur : donner « une image plus moderne du courtier », regrettant au passage que « les sommeliers et œnologues piquent la vedette » aux courtiers « trop peu connus ».

Enfin, Jérôme Prince mise sur la formation au droit des entreprises en difficulté. « Le courtier doit avoir une connaissance parfaite des lois en matière de redressement judiciaire par exemple », a-t-il martelé. Dans la salle, on n’entendait plus une mouche voler.

Le prochain congrès devrait se tenir l’an prochain à Barcelone (Espagne).

Colette Goinère

Ces articles peuvent également vous intéresser

Beaujolais
13% de vins primeurs en moins cette année

Publié le 14 novembre 2012

Armagnac 
Forte hausse des prix des vins de distillation

Publié le 24 octobre 2012

Vendange européenne
« Il va manquer 20 millions d’hl »

Publié le 17 octobre 2012

Vallée du Rhône 
Les retiraisons tardent

Publié le 06 septembre 2012

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin