Actualités viticoles

Marché du vrac  Les États-Unis manquent de vin

Publié le mardi 21 août 2012 - 15h10

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Ubifrance attire l’attention des opérateurs français sur des opportunités à saisir outre-Atlantique, où le vin fait défaut.

Après dix ans de surproduction et de prix bas, les fournisseurs de vin en vrac californiens se retrouvent subitement en position de force. © C. THIRIET

Après dix ans de surproduction et de prix bas, les fournisseurs de vin en vrac californiens se retrouvent subitement en position de force. © C. THIRIET

Le communiqué envoyé ce 21 août est sans équivoque : cette année la demande de vin aux États-Unis a dépassé l’offre. La France doit saisir l’opportunité…

Pour expliquer la tension qui règne aux États-Unis, Ubifrance relève la conjonction de deux phénomènes. D’abord une contraction de l’offre. « Les chocs de l’économie mondiale, couplés à deux dernières vendanges difficiles, ont considérablement réduit les fournisseurs et donc l’offre de vin en vrac aux États-Unis », analyse l’Agence pour le développement international des entreprises françaises.

Du côté de la demande, on note au contraire une croissance continue. Selon certaines projections, « la consommation de vin aux États-Unis, actuellement de 9 litres par habitant, devrait s’élever à plus de 13,5 litres en 2025 ».

Le communiqué constate une tension sur les marchés du vrac et considère que cette situation pourrait perdurer plusieurs années. « Les fournisseurs plantent de nouvelles parcelles mais les pépinières, n’ayant pas anticipé une telle demande, auront besoin de deux à quatre ans pour développer leurs plants. Si l’on ajoute à cela trois à cinq ans nécessaires au développement de la vigne avant d’être productive, beaucoup pensent que les prix du vin en vrac resteront élevés pendant les six à huit ans à venir. »

« Le prix du muscat en vrac a triplé »

Selon Ubifrance, le manque de vin touche tous les cépages. « Aujourd’hui, il n’y a plus de zinfandel ou de pinot noir. Leurs prix en vrac sont en hausse de 30 à 50 %. Le prix du muscat en vrac a plus que triplé. La vallée centrale californienne, connue pour ses hauts rendements de faible qualité, a doublé ses prix. À tel point que les négociants n’hésitent plus à chercher des cépages de substitution. Ils seront donc parfaitement heureux de passer à un malbec à 5 euros s’il n’y a plus de cabernet à 5 euros », peut-on lire dans le communiqué.

Ubifrance termine sur cette conclusion : pour prendre rendez-vous avec les principaux acheteurs (grands groupes, créateurs de marques, etc.), contactez Magdalena Rahn, d’Ubifrance États-Unis (E-mail: magdalena.rahn@ubifrance.fr).

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bourgogne 
Farouche opposition au « galvaudage de la mention clos »

Publié le 18 septembre 2012

Enquête
La viticulture investit tous azimuts

Publié le 17 septembre 2012

Exportations 
Les États-Unis acceptent le millésime sur les vins de France sans IG

Publié le 14 septembre 2012

Californie
Forte hausse de prix des raisins

Publié le 13 septembre 2012

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin