Actualités viticoles

Marché du vrac à Bordeaux Janvier 2013 a été le plus actif de la décennie

Publié le mercredi 13 février 2013 - 15h19

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Avec 397 000 hl d’appellation bordelaises enregistrées sous contrats d’achats en vrac, le mois de janvier 2013 constitue un record au regard de la décennie.

Marché du vrac à Bordeaux : janvier 2013 a été le plus actif de la décennie. © C. WATIER

Marché du vrac à Bordeaux : janvier 2013 a été le plus actif de la décennie. © C. WATIER

Un record. Ce mois de janvier est à marquer d’une pierre blanche pour les AOC bordelaises. Les chiffres sont là : 397 000 hl d’appellations bordelaises ont fait l’objet d’un contrat d’achat en vrac enregistré à l’interprofession. Un record, si on le compare avec la moyenne enregistrée sur dix ans pour le mois de janvier (302 000 hl). Par rapport à janvier 2012, les transactions ont enregistré une progression de 11 %. Mais il ne faut pas s’emballer pour autant.

« Le constat est à nuancer, car il correspond à une animation d’un début de campagne jusqu’alors en retrait par rapport à la campagne précédente qui avait démarré vivement dès le mois de décembre 2011, explique Jean-Philippe Code, directeur du service économie et études au Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux. Ainsi, à mi-campagne 2012-2013, le retard est de 9 % par rapport à la même période sur 2011-2012. Seuls les blancs secs (+ 8 %) échappent à ce retard. Au-delà des incertitudes sur l’évolution des débouchés dans un contexte de hausse des prix (+ 10 % pour l’AOC Bordeaux rouge à 1 002 euros la tonne sur six mois en 2012-2013), le décalage est aussi lié à une récolte 2012 plus tardive, ce qui a décalé les dégustations. »

Même son de cloche de la part de Xavier Coumau, président du syndicat régional des courtiers de Bordeaux. « Le record de janvier s’explique notamment par le fait que le marché des bordeaux rouges en entrée de gamme est dynamique. Le négoce a fait des achats de précaution et se couvre avec des prix raisonnables. Les vendanges ayant été tardives, les transactions autour des marques vont se poursuivre jusqu’à la mi-mars. Le second semestre pourrait être plus ferme avec des prix à la hausse », indique t-il.

Allan Sichel, à la tête de la maison de négoce du même nom, affiche sa satisfaction. Mais attention : « Il ne faut pas s’enflammer, prévient-il. Le record de janvier est un épiphénomène. » Et de rappeler le contexte : les marchés en France se contractent et les parts de marchés aux États-Unis et en Angleterre sont jugées « insuffisamment performantes ».

Quant à la Chine, Allan Sichel estime qu’il ne faut pas que « les marchés asiatiques soient le centre de focalisation ». Bref, pas question de crier victoire pour les AOC bordelaises.

Colette Goinère

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bordeaux
Univitis lance une gamme de vins de cépage

Publié le 11 mars 2013

Bergerac
Les viticulteurs, victimes d’un manque d’information économique

Publié le 06 février 2013

Bordeaux
Le nouveau poids lourd de la coopération dévoile ses intentions

Publié le 31 janvier 2013

Bordeaux
Un château veut sa propre appellation

Publié le 29 janvier 2013

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin