Actualités viticoles

Marché du sauvignon Un Gersois conseille les languedociens

Publié le vendredi 16 mars 2012 - 17h38

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Cépage le plus planté en Languedoc au cours des trois dernières années, le sauvignon est à la peine sur les marchés du vrac. La grosse récolte de 2011 n’a pas arrangé la situation. Invité par l’Observatoire viticole de l’Hérault, Éric Lanxade, responsable commercial du groupement gersois CVG (Caves et vignobles du Gers), est venu témoigner sur la stratégie commerciale du groupement, spécialiste des blancs en vrac.

« Depuis deux ans, la France est en surproduction de sauvignon, affirme Éric Lanxade, responsable commercial de CGV (Caves et vignobles du Gers), groupement gersois spécialiste des vins blancs en vrac. En 2009 et 2010, notre entreprise avait des stocks très élevés en blanc, nous sommes en train d’en voir le bout », affirme-t-il.

Pour sortir de l’impasse, le groupement a segmenté sa production en quatre catégories de produits avec des profils et des niveaux de prix bien différenciés : les VSIG basiques (de 45 à 50 €/hl), les VSIG aromatiques (de 50 à 75 €/hl), les IGP Côtes de Gascogne, comté Tolosan… (de 60 à 75 €/hl) et les IGP à haute expression aromatique (de 80 à 120 €/hl) avec deux types de profils : thiols ou pyrazines.

Éric Lanxade s’est adressé aux viticulteurs et aux directeurs de caves héraultais le 15 mars. Il s’est exprimé à l’invitation de l’Observatoire viticole de l’Hérault, lors d’une soirée dédiée à un sujet d’actualité : comment réussir la commercialisation des vins blancs.

« Avec les blancs, il faut s’imposer un rythme commercial très soutenu, car ce sont des vins qui doivent se vendre dans l’année, a continué le spécialiste gersois. Il faut être proactif et ne pas attendre d’être sollicité par le négoce. Dès le mois de juin, nous décidons comment affecter la récolte et dès le mois d’octobre, nous sommes prêts à présenter des échantillons. »

Vignerons et responsables de caves coopératives sont venus nombreux à cette soirée. Et pour cause : les cépages blancs ont été massivement plantés ces dernières années en Languedoc.

Dans l’Hérault, les surfaces en chardonnay et sauvignon ont progressé de respectivement 15 et 12 % au cours des six dernières années alors que tous les cépages rouges sont en régression.

Une progression que les marchés peinent à absorber, notamment en sauvignon, pour lequel la nature s’est montrée particulièrement généreuse cette année. Résultat : les cours du vrac sont en repli.

Le Gersois a tendu une perche aux Languedociens. « Le Gers pourrait se rapprocher du Languedoc pour la commercialisation des vins blancs. Une organisation interrégionale conforterait la position des producteurs. »

M. T.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bordeaux
Effervescence habituelle à l'ouverture des primeurs

Publié le 03 avril 2012

Investissement
Nouvelle salle de dégustation pour le Médoc

Publié le 30 mars 2012

Concours général agricole
Transparence financière exigée

Publié le 30 mars 2012

Interprofessions
Rapprochement entre Cahors et les vins du Sud-Ouest

Publié le 29 mars 2012

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin