Actualités viticoles

Maladies du bois  Un produit de biocontrôle de Belchim en cours d’homologation

Publié le jeudi 08 octobre 2015 - 11h08

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

La société Belchim Crop Protection travaille depuis cinq ans à l’élaboration d’un produit de biocontrôle pour lutter contre les maladies du bois (esca et eutypiose). À base d’une nouvelle souche de Trichoderma, il pourra s’utiliser en pépinières et sur vigne en place. Son homologation est attendue d’ici à deux ans.

Belchim Crop Protection soumet à l’homologation un produit de biocontrôle contre l’esca/BDA. © C THIRIET

Belchim Crop Protection soumet à l’homologation un produit de biocontrôle contre l’esca/BDA. © C THIRIET

La société Belchim Crop Protection vient d’annoncer qu’elle travaille depuis cinq ans à la mise au point d’un nouveau produit de biocontrôle pour lutter contre l’esca/BDA et l’eutypiose. Son nom de code : BCP 511B.

Il se compose d’une nouvelle souche de Trichoderma atroviride, la SC1. Sa particularité ? Elle a été isolée sur du bois mort de noisetier. Selon Belchim, elle assure donc une colonisation très rapide. La firme demande un usage en pépinières et un autre sur vignes en place.

EN PÉPINIÈRE

En pépinière, où à ce jour il n’existe aucun produit homologué contre l’esca/BDA, le BCP 511B pourra s’employer durant trois phases : le trempage des bois avant le greffage, la stratification des plants et juste avant leur plantation en pépinière.

« Le BCP 511B présente une action antibotrytis, il pourra donc remplacer les antibotrytis de synthèse et le cuivre couramment utilisés lors de la stratification », précise Emmanuel Archer, le responsable marché vigne.

SUR VIGNES EN PLACE

Sur vignes en place, le BCP 511B pourra s’appliquer par pulvérisation sur les plaies de taille. « L’avantage, c’est qu’il pourra être positionné plusieurs semaines après la taille », indique Emmanuel Archer. Autre intérêt de ce produit : sa concentration est 100 fois supérieure à celle des autres produits présents sur le marché. Et, il s’utilisera à plus faible dose : 200 g/ha. Il pourra également se conserver deux ans à condition d’être stocké à une température inférieure à 5 °C.

« La stratégie que nous recommanderons est l’utilisation de ce produit en pépinière puis sur les vignes en place dès leur plantation », explique Emmanuel Archer. L’homologation de ce nouveau produit est attendue d’ici deux ans.

Christelle Stef  La Vigne - Vitisphere

 

Ces articles peuvent également vous intéresser

Recherche 
La molécule qui pourrait contrer le mildiou

Publié le 20 juillet 2015

Maladies de la vigne 
Les députés reconnaissent une situation préoccupante

Publié le 15 juillet 2015

Maladies du bois
4,2 millions d’euros pour trouver de nouveaux produits de lutte

Publié le 03 avril 2015

Esca
Une vidéo pour des vignes disparues

Publié le 26 février 2015

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin