Actualités viticoles

Maladies du bois de la vigne  L’eutypiose régresse

Publié le mercredi 14 décembre 2011 - 11h11

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

L’eutypiose est en nette régression dans les vignobles français. En revanche, l’esca et le Black Dead Arm (BDA) sont toujours des maladies préoccupantes.

L'eutypiose est en nette régression dans les vignobles français. © C. WATIER

L'eutypiose est en nette régression dans les vignobles français. © C. WATIER

Dans tous les vignobles, l’eutypiose présente des taux d’expression en nette baisse. Ainsi dans les Charentes, sur l’ugni-blanc, un cépage très sensible à la maladie, le taux est passé de 20 % de ceps présentant des symptômes en 2003 à 6 % en 2011. Le cabernet-sauvignon dans le Sud-Est suit la même tendance mais dans une moindre mesure.

« Les suivis et les notations de l’eutypiose seront donc à présent moins systémiques », a précisé Bruno Doublet, du SRAL Champagne-Ardenne le 9 décembre, lors du colloque national sur les maladies du bois de la vigne organisé par le ministère de l’Agriculture à Paris.

En revanche, l’esca et le BDA, que ce soit sous la forme lente ou apoplectique, restent deux maladies préoccupantes. Plus de la moitié des cépages présentent des taux de ceps atteints proches ou supérieurs à 5 %. Mais il existe de grandes disparités selon les vignobles et les cépages. Ainsi le savagnin et le trousseau, dans le Jura, sont particulièrement atteints, avec des taux d’expression généralement supérieurs à 10 %. Le colombard, gewurztraminer, sauvignon, ugni-blanc, cabernet-franc, chenin et cabernet-sauvignon sont également très touchés. Les parcelles âgées de douze à dix-huit ans sont les plus marquées.

L’impact économique de ces maladies est très important. La perte de production évaluée à partir de la notation des ceps morts, manquants, complantés et recepés varie de moins de 3 % à plus de 20 % selon les parcelles.

Ces résultats sont issus de l’observatoire national des maladies du bois mis en place entre 2003 et 2008 par un groupe de travail sous l’égide de l’Onivins (actuellement FranceAgriMer). Certaines régions ont reconduit ce dispositif. Ils proviennent également du suivi biologique du territoire mis en place dans tous les vignobles en 2010. Il prévoit une notation systématique de l’esca-BDA et facultative de l’eutypiose.

C. S.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Gironde 
Sortie de la plaquette « Réussir ses plantations »

Publié le 16 décembre 2011

Cognac 
Un automne trop doux

Publié le 14 décembre 2011

Inondations dans le Var
De gros dégâts dans les vignes

Publié le 06 décembre 2011

Sitévi 2011
Frayssinet et ses rugbymen attirent les foules

Publié le 30 novembre 2011

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin