Actualités viticoles

Machinisme viticole L’entreprise girondine Lagarde en péril

Publié le mercredi 08 février 2012 - 15h50

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Sur le point d’être dissoute, Lagarde, une entreprise spécialisée dans la conception et la fabrication de machines viticoles à Saint-Loubès, en Gironde, s’accroche à un éventuel rachat. Des négociations auraient repris avec une société basque.

Les vingt-deux salariés de l’usine Lagarde à Saint-Loubès (Gironde) sont dans l’incertitude quant à leur devenir. Leur PME, qui fabrique des épampreuses, des rogneuses et de broyeurs à sarments peut-elle échapper à la dissolution ?

En 2001, Lagarde était rachetée par le groupe norvégien Kverneland, quelques mois après le fabricant de machines à vendanger Grégoire. Depuis, l’entreprise vend ses machines viticoles uniquement sous la marque et par les réseaux de vente de Grégoire. Mais l’an dernier, Kverneland a cédé Grégoire au groupe italien Same-Deutz-Fahr. Et Lagarde est désormais dans le giron de Viti investir SA, une société du groupe norvégien Hytec.

En quatre ans, l’entreprise aurait accumulé 4 millions d’euros de dettes.

Il y a quelques semaines, des négociations de reprise ont été menées avec la société basque Darraïdou, un chaudronnier qui fabrique également des plumeuses de canards, pour finalement capoter. L’actionnaire a alors annoncé son intention de liquider Lagarde. De quoi émouvoir les élus de la région.

Le 2 février, Philippe Madrelle, président du conseil général de la Gironde, et Alain Rousset, président du conseil régional d’Aquitaine, ont adressé une lettre commune au PDG de la société Lagarde et à Viti investir SA. Dans leur courrier, les deux élus font part « de leur surprise quant au projet de dissolution et de liquidation à l’amiable de Lagarde au prétexte que ces négociations auraient échoué ». Ils estiment que la reprise par Darraïdou était de nature à procurer « des synergies industrielles positives » pour le repreneur et « une sortie honorable » pour les actionnaires de Lagarde.

Le président de la région et celui du département demandent une reprise des négociations. Aux toutes dernières nouvelles, Darraïdou et Lagarde se seraient retrouvés autour de la table des négociations. Mais à Saint-Loubès, dans l’entreprise, les salariés ignorent toujours quel sort leur sera réservé.

C. G.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Carburants
Davantage de problèmes avec le GNR (enquête BCMA)

Publié le 22 février 2012

Sitévi 
Une démonstration de complantation très regardée

Publié le 01 décembre 2011

Rachat 
Roger Pellenc revient sur les raisons de son choix

Publié le 28 octobre 2011

Salon
Le Groupe France agricole relance Innovigne

Publié le 29 août 2011

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin