Actualités viticoles

Loir-et-Cher Un vignoble durement frappé par le gel

Publié le mardi 22 mai 2012 - 17h14

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le 21 mai, une commission d’enquête s’est déplacée dans le vignoble du Loir-et-Cher afin d’évaluer les dégâts du gel printanier de la nuit du 17 au 18 avril 2012. Les secteurs de Cheverny, des coteaux du Vendômois et de la Sologne viticole sont très touchés, tout comme l’appellation Touraine-Mesland, où le président du syndicat de l’AOC, Cédric Chollet, évoque des vignobles atteints à 90 %.

Loir-et-Cher : un vignoble durement frappé par le gel. © M. BADIER/CA 41

Loir-et-Cher : un vignoble durement frappé par le gel. © M. BADIER/CA 41

Cependant, la commission reste très prudente. « Nous avons convenu de ne pas avancer de pourcentage de dégâts, explique Isabelle Defrocourt, directrice de la Fav 41 (Fédération des associations viticoles du Loir-et-Cher). Avec les conditions météorologiques, de nombreuses vignes ont un débourrement ralenti. Les sorties de grappes sont très hétérogènes. Sur les vignes touchées par le gel, les bourgeons secondaires ne sont pas sortis. Il est donc impossible de savoir à ce jour s’ils seront fructifères ou non. Nous en saurons plus dans quelques semaines. Mais il est certain que les récoltes seront en forte baisse sur plusieurs secteurs. »

L’inquiétude est d’autant plus grande que certains vignobles ont aussi souffert du gel hivernal. « Des souches n’ont pas encore débourré. Peut-être sont-elles encore en repos végétatif », avance Isabelle Defrocourt espérant, sans trop y croire, qu’elles se « réveillent avec le retour de températures plus clémentes ».

La Fav 41 compte réaliser un recensement des parcelles touchées par le gel d’hiver afin de déclencher, si nécessaire, une procédure de demande de reconnaissance du caractère de calamité agricole.

Pour le gel de la nuit du 17 au 18 avril, un arrêté préfectoral va reconnaître comme sinistrées les communes touchées. Les vignerons qui le souhaitent vont pouvoir acheter de la vendange afin de ne pas perdre leurs marchés. La Fav 41 a également demandé que les victimes du gel bénéficient d’un dégrèvement de la taxe foncière sur le non-bâti.

De son côté, Guy Vasseur, président de la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher et de l’assemblée permanente des chambres d’agriculture, plaide pour une réforme du régime assurantiel. « Une réassurance publique est nécessaire pour que les assureurs développent l’assurance récolte et que plus de vignerons soient couverts », a-t-il déclaré.

I. P.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Recherche
Cochenille farineuse, vecteur de l’enroulement

Publié le 21 juin 2012

Coulure
Plusieurs vignobles touchés

Publié le 20 juin 2012

Essai de vignes OGM
Les faucheurs portent plainte contre l'Inra

Publié le 19 juin 2012

Gers
L’État inscrit une vigne aux Monuments historiques

Publié le 18 juin 2012

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin