Actualités viticoles

Loir-et-Cher L’année horrible

Publié le jeudi 02 août 2012 - 10h04

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Dans la mémoire des vignerons du Loir-et-Cher, 2012 restera comme une « annus horribilis » ou, à tout le moins, une année de galère. Après un gel hivernal meurtrier pour des centaines de milliers de ceps (voir encadré), puis un gel de printemps qui a touché de nombreuses parcelles, les vignerons ne cessent de subir une météo perturbée et très humide.

 « J’ai eu énormément de coulure, en particulier sur mes gamays, indique Cyril Desloges, vigneron à Monthou-sur-Cher sur 20 hectares. La floraison s’est étalée sur quinze jours alors qu’il a beaucoup plu. J’ai aussi du millerandage. »

Sur le plan sanitaire, le mildiou ne laisse de répit à personne. Les pluies se succèdent. L’été ne s’installe pas. Les journées chaudes et ensoleillées sont rares.

« Nous en sommes au neuvième traitement contre le mildiou depuis le début de la campagne, à une cadence de dix jours, soupire Cyril Desloges. Cela représente déjà trois traitements de plus que la moyenne sur notre exploitation, et le double par rapport à 2011, mais cette année-là avait été exceptionnelle. Nous achetons nos produits au fur et à mesure, nous sommes contraints d’investir dans les traitements alors que la récolte sera réduite. On espère que la qualité sera au rendez-vous. Pour le moment rien n’est joué, le potentiel qualitatif est là. »

Côté oïdium et black-rot, la pression est nettement plus faible. Mais comme si cela ne suffisait pas, Cyril Desloges constate un autre triste phénomène, face auquel il est impuissant. « L’esca est en recrudescence. Le nombre de pieds présentant des symptômes est bien plus élevé que les autres années. Je n’ai jamais vu ça, témoigne-t-il. C’est sans doute le résultat de l’humidité du printemps. »

Maigre consolation : ses vignes n’ont pas souffert du gel d’hiver et peu du gel de printemps.

500 000 pieds morts du gel d'hiver

Selon une enquête de la Fédération des associations viticoles du Loir-et-Cher rendue publique mi-juillet, 273 hectares ont subi le gel d’hiver dans le département. La fédération estime à environ 500 000 le nombre de pieds morts, complants compris. En moyenne 30 % des souches sont touchées. Une demande de reconnaissance en calamité agricole a été déposée, mais le dossier ne sera examiné que le 10 octobre par la commission nationale des calamités.

La FAV41 plaide auprès de l’administration pour qu’elle prenne des mesures en faveur des vignerons touchés : indemnisation des frais de remise en état des vignes, dégrèvement de la taxe foncière, aide spécifique à la restructuration, non prise en compte du taux de manquants supérieur à 20 % lors des contrôles préalables à l’arrachage, etc.

I. P.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Gard
Ras-le-bol des dégâts de sangliers

Publié le 30 août 2012

Château de Gevrey-Chambertin 
Les vignes confiées à un viticulteur local

Publié le 24 août 2012

Cognac 
Le mildiou cause des pertes de récolte

Publié le 22 août 2012

Hérault
Une parcelle de vigne sert de piste d’atterrissage

Publié le 16 août 2012

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin