Actualités viticoles

Libéralisation des plantations  La production s'inquiète de la tournure des débats

Publié le lundi 09 juillet 2012 - 17h05

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

La deuxième réunion du groupe à haut niveau sur le vin s’est tenue ce 6 juillet. Trois sous-groupes ont été mis en place : l’un sur les vignes en forte pente, l’autre sur les appellations d’origine et le dernier sur les vins industriels. Les représentants du Copa-Cogeca (coopération) et d’Efow (vins à origine) critiquent la méthode employée. Selon eux, la commission « saucissonne » le débat pour mieux faire passer le consensus qu’elle envisage : libéralisation des plantations pour les vins sans indication géographique et maintien d’un encadrement pour les appellations.

La bataille pour maintenir des droits de plantation n’est pas gagnée, surtout pour les vins sans IG. © P. ROY

La bataille pour maintenir des droits de plantation n’est pas gagnée, surtout pour les vins sans IG. © P. ROY

« Pour un groupe à haut niveau, les débats ont volé plutôt bas. » C’est sur ce trait d’esprit que Thierry Coste, représentant du Copa-Cogeca, résume son amertume à la sortie de la réunion du 6 juillet. « Nous n’avons pas beaucoup avancé, explique-t-il. On a l’impression qu’avec ce groupe à haut niveau (GHN), la commission s’est donné bonne conscience. Elle nous laisse exprimer notre point de vue mais ne nous écoute pas pour autant. On sent bien qu’elle veut un consensus du type : libéralisation des plantations pour les vins sans IG et maintien d’un système de droits pour les appellations. Dans un tel schéma, on ne sait même pas où se situeraient les vins à indication géographique protégée... »

Du côté d’Efow (European Federation of Origin Wines), on se montre tout aussi critique. « Il ne reste plus que deux autres réunions du GHN et nous n’avons toujours pas de proposition concrète de la commission sur laquelle travailler ! », rapporte Pascal Bobillier-Monnot, directeur de la Cnaoc (Confédération nationale des AOC).

Conscientes que le débat Bruxellois n’avance pas aussi vite et dans le même sens que le souhaiterait la production viticole, les deux organisations envisagent d’ici la fin de l’année une action de communication pour interpeller l’opinion publique sur les risques encourus en cas de libéralisation des droits de plantation. Rappelons qu’en 2009, la Commission européenne avait finalement fait marche arrière sur son projet de texte sur les rosés de coupage devant l’émoi provoqué sur ce sujet auprès du grand public... Certains espèrent un bis repetita...

La prochaine réunion du GHN est fixée au 21 septembre, en Sicile.

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Droits de plantation
Face à Bruxelles, les sénateurs veulent une initiative « forte »

Publié le 25 juillet 2012

Comité national des AOC
Le VCI, bientôt pour tous les blancs secs

Publié le 03 juillet 2012

Cognac 
La viticulture n’est pas opposée à des plantations nouvelles

Publié le 29 mai 2012

Droits de plantation
La guerre de position est déclarée

Publié le 23 avril 2012

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin