Actualités viticoles

Languedoc  Terra Hominis installe des vignerons

Publié le jeudi 30 avril 2015 - 15h53

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

En cinq ans, Terra Hominis, société de crowfounding basée en Languedoc, a permis de financer l’achat de terres pour créer quatre petites propriétés. Deux nouveaux projets de création de domaines sont en cours.

Le fondateur de Terra Hominis Ludovic Aventin (au centre) avec à ses côtés Sybil Baldassarre, qui se lance dans l’exploitation de 3 ha en AOC Faugères grâce à la société de financement participatif. © MIDI LIBRE

Le fondateur de Terra Hominis Ludovic Aventin (au centre) avec à ses côtés Sybil Baldassarre, qui se lance dans l’exploitation de 3 ha en AOC Faugères grâce à la société de financement participatif. © MIDI LIBRE

Pour installer de jeunes vignerons, Ludovic Aventin mise sur le crowfounding, le financement par le public. Ce Normand d’origine, caviste de profession, a testé ce mode de financement participatif quand, en 2009, il a voulu acheter un domaine dans le Languedoc. Les banques ayant refusé de le financer, il a fait appel à son réseau relationnel et a convaincu 92 associés de prendre des parts dans un domaine à hauteur de 1 300 euros la participation.

Depuis, il a confié la direction du Mas Angel à Alexandre Durand, jeune vigneron de 27 ans. L’exploitation compte 8 ha de vigne en AOC Faugères. Elle est détenue par 130 associés qui perçoivent chaque année des dividendes, versés en bouteilles et qui bénéficient de tarifs avantageux sur les vins.

DE LA SUITE DANS LES IDÉES

Suite à ce premier succès, Ludovic Aventin a créé en 2011 la société Terra Hominis, spécialisée dans le financement participatif dédié à l’achat de vignobles.
À ce jour, l’entreprise a financé trois autres projets : le Domaine Montgros (6,7 ha en AOC Faugères), cofinancé principalement par des rugbymen professionnels ou amateurs, le Domaine Laur Bauzil (5,4 ha en AOC Minervois La Livinière) et le Dolmen des Fées (4,08 ha en AOC Minervois La Livinière).

« Beaucoup de gens rêvent d’avoir leur propre vignoble, de produire leur vin et de le partager avec leurs amis ou leur famille. C’est ce que nous leur proposons à travers un modèle gagnant-gagnant. Gagnant pour le jeune vigneron qui bénéficie d’un financement moins coûteux qu’un crédit et d’associés qui sont de formidables ambassadeurs du domaine auprès de leurs familles, amis et connaissances… Et gagnant pour les associés qui participent à une aventure qui donne du sens à leur placement », argumente Ludovic Aventin.

DES IDÉES EN PROJETS

Deux nouveaux projets sont dans les tuyaux. L’un vise à créer le Domaine de la Truffière, où il est question de planter des cépages anciens (rivairenc, plant droit, œillade, picpoul noir, grand noir de la Calmette, terret noir…) et des chênes truffiers sur 8 ha. L’autre doit aboutir à la création des Vignes blanches de Sybil, 3 ha en AOC Faugères. Ce projet doit permettre l’installation de la jeune œnologue d’origine italienne Sybil Baldassarre. 40 % des parts sont d’ores et déjà réservées.
Un moyen, parmi d’autres, de renouveler le vignoble languedocien dont les deux tiers des vignerons ont plus de 55 ans.

Michèle Trévoux La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin