Actualités viticoles

Languedoc-Roussillon Les bios demandent à l’État de mener campagne

Publié le vendredi 28 juin 2013 - 16h04

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

L’interprofession des vignerons bios du Languedoc-Roussillon voudrait que l’État s’engage dans la sensibilisation du consommateur en faveur des vins biologiques.

Patrick Guiraud, président de Sudvinbio, l’association interprofessionnelle des vignerons bios du Languedoc-Roussillon.

Patrick Guiraud, président de Sudvinbio, l’association interprofessionnelle des vignerons bios du Languedoc-Roussillon.

« Nous avons augmenté notre production comme on nous l’a demandé. Nous sommes conformes au Grenelle de l’environnement. Maintenant, il faut qu’il y ait des consommateurs. Car on a beau dire "on veut du bio", s’il n’y a pas d’acheteurs, on va dans le mur », a souligné Patrick Guiraud, président de Sudvinbio, l’association interprofessionnelle des vignerons bios du Languedoc-Roussillon, le jeudi 27 juin à l’AFP.

Sudvinbio regroupe tous les producteurs bios du Languedoc-Roussillon, la première région française prodcutrice de vins biologiques avec 17 000 hectares de vignes en 2013 et 20 000 hectares prévus pour 2014. « Nous n’avions que 4 000 hectares en 2005 », a rappelé le président.

Pour lui, viticulteurs, transformateurs et négociants n’ont pas les moyens de sensibiliser seuls le public. « Nous souhaitons que les collectivités, comme les départements et la région, mais aussi et surtout l’État, mènent des campagnes auprès du public », a-t-il annoncé.

Selon lui, les campagnes à mener pourraient avoir plusieurs thèmes : l’impact sur l’environnement, l’économie d’eau, la sécurité alimentaire ou encore « le rôle social, car le vin biologique nécessite deux fois plus de main-d’œuvre que le vin traditionnel ».

« Nous représentons 10 % du vignoble du Languedoc-Roussillon et 20 % des emplois», a ajouté le président.

Patrick Guiraud a annoncé avoir demandé à rencontrer le président de la région Languedoc-Roussillon, le socialiste Christian Bourquin, pour solliciter son aide. Dans les prochains jours, il va solliciter une rencontre avec le ministre de l’Agriculture.

AFP

Ces articles peuvent également vous intéresser

OCM 
Inter Oc aide ses membres à décrocher des aides

Publié le 26 juin 2013

Languedoc-Roussillon
Plus de 4 000 ha irrigués d'ici 2015

Publié le 18 juin 2013

Viticulture bio
Progression modérée des surfaces en 2012

Publié le 31 mai 2013

Embouteillage
L’union fait la force

Publié le 21 mai 2013

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (1)

bio oui mais...

samedi 29 juin 2013 - 13h01

Malin de demander des aides pour vendre du bio...mais vous allez tuer le bio car si les surfaces bio ont augmenté ce n'est par par conviction mais par l’appât du gain (subventions maximales...) et maintenant au bout de 5-6 ans de conversion vous vous rendez compte que financièrement ça passe pas car il faut de la main d'oeuvre, que la fertilité des sols décroit, que vous vous êtes lancé sur des surfaces trop importantes...oui je crois au bio (même si je suis en conventionnel) au vrai celui qui à l’âme et qui travaille très bien j'ai plein d'exemples autour de moi et ça marche....
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin