Actualités viticoles

Languedoc-Roussillon L'Aude ne veut plus de vignes en friche

Publié le vendredi 13 novembre 2015 - 16h53

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Conséquence de la crise viticole et des nombreux arrachages, de nombreuses parcelles de vignes sont actuellement en friche ou abandonnées dans l'Aude. Elles posent des problèmes vis-à-vis de la flavescence dorée, car ne font pas l’objet de traitements ni d’arrachages systématiques.

De nombreuses parcelles de vignes sont actuellement en friche ou abandonnées dans l'Aude. © J. CASSAGNE

De nombreuses parcelles de vignes sont actuellement en friche ou abandonnées dans l'Aude. © J. CASSAGNE

La chambre d’agriculture et la FEDON (Fédération de défense contre les organismes nuisibles) de l’Aude ont décidé d’organiser une réunion le mercredi 4 novembre. Des responsables de collectivités territoriales - communautés de communes, agglomérations - les services de l’État et bien sûr, les viticulteurs y étaient invités. L’objectif : réunir tous les acteurs en un seul lieu pour tenter de trouver une solution au problème des vignes abandonnées ou en friche, porteuses potentielles de flavescence dorée.

Depuis quinze ans, des secteurs viticoles comme le Minervois ou les Corbières ont connu de nombreux arrachages. Au total, quelques centaines d’hectares seraient concernés dans le département. « Ces parcelles ne sont pas prospectées, ni traitées et présentent donc un risque vis-à-vis de la maladie, témoigne Fabrice Guillois, de la FEDON. Mais surtout, elles découragent les viticulteurs qui ont des parcelles avoisinantes et qui eux, traitent… » Ces parcelles ne peuvent par ailleurs pas faire l’objet d’arrachages systématiques, car elles nécessitent une analyse du risque systématique par le SRAL.

UN COMITÉ DE PILOTAGE AU NIVEAU DÉPARTEMENTAL

Les personnes présentes sont donc tombées d’accord sur le fait que l’arrêté national flavescence dorée n’était donc pas la bonne clé d’entrée pour diminuer ces friches, ou tout au moins, n’était pas suffisant à lui seul. « Il y a d’autres enjeux que celui de la flavescence dorée pour faire arracher ces friches, comme le risque incendie, le paysage, l’œnotourisme ou l’installation de jeunes viticulteurs, poursuit Fabrice Guillois. Il s’agit donc de réfléchir à ce que l’on peut faire pour occuper ces espaces non cultivés, soit y installant de nouvelles vignes, soit en implantant d’autres cultures. »

C’est dans ce sens que le préfet a proposé, à l’issue de la réunion, la création d’un comité de pilotage « friche » regroupant les différents acteurs du département. Une première réunion est prévue début janvier 2016. Il y présentera sa feuille de route. L’un des premiers travaux auquel la chambre d’agriculture et la FEDON aimeraient s’atteler est le recensement précis des surfaces concernées et leur localisation par commune… Données que ces organismes n’ont jusqu’à présent jamais réussi à obtenir.

Juliette Cassagnes
Vitisphere - La Vigne

Ces articles peuvent également vous intéresser

Procès
Thibault Liger-Belair sera fixé le 15 décembre

Publié le 18 novembre 2015

Flavescence dorée 
Recrudescence en Languedoc

Publié le 05 novembre 2015

Traitement à l’eau chaude
Les pépiniéristes plaident pour plus de douceur

Publié le 29 octobre 2015

Paca
Progression de la flavescence dorée

Publié le 16 septembre 2015

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin