Actualités viticoles

Languedoc Limoux veut s’affirmer

Publié le jeudi 21 mai 2015 - 18h20

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

La petite appellation languedocienne surfe sur le succès des vins effervescents pour se montrer sous son meilleur jour. Sa nouvelle identité visuelle rappelle que la première attestation de son existence date de 1544.

Le nouveau logo de l'appellation Limoux.

Le nouveau logo de l'appellation Limoux.

« Il y a une croissance des vins effervescents en France et dans le monde, constate Jean-Pierre Bourrel, président de la section interprofessionnelle de Limoux. Nous souhaitons en profiter. Mais se faire porter par une dynamique ne suffit pas, il faut aussi s’en sortir vers le haut. » Et pour cela, les bulles de Limoux comptent s’appuyer sur leur expérience et une nouvelle stratégie de communication.

Avec ses 8 000 ha perchés entre 200 et 450 mètres d’altitude, le vignoble limouxin est le seul du Languedoc à produire des vins effervescents en AOC. Crémant, blanquette et blanquette méthode ancestrale se partagent ce territoire pour produire 75 500 hl de bulles du Sud (en 2014), dont 46 % partent à l’exportation (marché en croissance de 31 % en 2014).

ÊTRE LE LEADER DES BULLES DU SUD

Si la conjoncture est bonne, il n’est pas question pour autant de se reposer sur ses lauriers. Jean Fau, président du syndicat du cru Limoux, se donne pour ambition de « s’affirmer comme leader des bulles du Sud », en ciblant de nouveaux marchés locaux (cavistes, restaurateurs et bars à vins).

Aidée par un nouveau logo, l’appellation martèle sa primauté dans l’apparition des vins à bulles. La date, 1544, qui orne le visuel de l’AOC, ancre dans les esprits l’antériorité de la Blanquette de Limoux, premier vin effervescent brut du monde. « C’est une date officielle attestée par un document historique, nous ne pouvions pas nous en passer ! » assure Jérôme Villaret, directeur général du CIVL.

« Nous allons également axer notre communication sur la notion de terroir, insiste-t-il par ailleurs. D’habitude, les effervescents appuient leur communication sur la marque, le terroir passe au second plan. C’est un moyen de différenciation pour nous. » Limoux veut en effet se démarquer des IGP souhaitant se lancer dans les effervescents et dont les liens aux territoires ne sont pas suffisamment démontrés à ce jour.

Emilie-Anne Jodier
La Vigne  - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Vignerons indépendants 
Nouveau logo pour la fédération de Champagne

Publié le 01 juin 2015

Pays d’Oc
Un nouveau logo pour une meilleure visibilité

Publié le 02 février 2015

HVE
Stéphane Le Foll dévoile un logo décevant

Publié le 28 novembre 2014

Hérault
La cave de Montpeyroux devient Castelbarry

Publié le 10 juillet 2014

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin