Actualités viticoles

Languedoc Les raisins s’arrachent

Publié le mardi 09 septembre 2014 - 14h50

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

La faible récolte qui s’annonce en Languedoc crée déjà des tensions sur le marché. Premier signe de ce déséquilibre entre l’offre et la demande, les acheteurs se battent pour avoir des raisins. Les cours s’envolent.

A cause d'une faible récolte, les prix du raisin flambent. ©P.PARROT

A cause d'une faible récolte, les prix du raisin flambent. ©P.PARROT

« C’est une année atypique. La récolte est très faible. Sur certains cépages comme le chardonnay ou le merlot, des producteurs enregistrent des pertes de 40 à 50 %. Les ventes de raisins ont diminué cette année et les prix flambent. » Pour Emmanuel Hérail, président du Syndicat régional des producteurs de vendange fraîche, la tâche est rude cette année : « On m’appelle sans arrêt pour trouver des vendeurs de vendange fraîche. Mais il y a très peu de volume. Les producteurs ont intérêt à vendre en vin. » C’est d’ailleurs le conseil que donnait le syndicat à ses adhérents dans un communiqué en début de campagne. « Ne vous faites pas avoir ! Plutôt que des prix bas, ne vendez pas en raisin et faites vinifier à façon votre récolte. Nous tenons à votre disposition une liste de prestataires. »

LES COURS S’ENVOLENT

Il faut dire qu’en début de saison, certains négociants ont commencé par annoncer des prix très faibles. Ils ont fait chou blanc. Le syndicat, lui, a publié une grille de prix pivot, en augmentation de 5 à 10 % par rapport à l’an dernier : chardonnay à 0,70 €/kg, sauvignon à 0,66 €/kg, cabernet-sauvignon à 0,55 €/kg, grenache et cinsault à 0,50 €/kg.

Mais le déséquilibre entre l’offre et la demande a fait s’envoler les cours. « Le négoce est prêt à payer plus cher pour conserver ses marchés, car reconquérir un marché perdu est très coûteux », analyse Emmanuel Hérail. Les derniers raisins de chardonnay se sont échangés à 0,75 €/kg, soit une hausse de 25 % par rapport à l’an dernier et certains moûts de sauvignon non fermentés à 92 €/hl contre 85 €/hl. Les grenaches noirs ont, eux, grimpé à 0,65 €/kg.

En 2013, les ventes en raisins ont représenté 1 million d’hectolitres. Cette année, elles devraient chuter de façon drastique.

 

Michèle Trévoux

Ces articles peuvent également vous intéresser

Val de Loire
Le muscadet dans l’incertitude

Publié le 12 septembre 2014

Languedoc-Provence
Une maturation sous pression

Publié le 28 août 2014

Vallée du Rhône 
La guerre des raisins est déclarée

Publié le 15 juillet 2014

Languedoc 
Trois semaines d’avance pour le débourrement

Publié le 13 mars 2014

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin