Actualités viticoles

Languedoc  La Colombette plante du cabernet Jura

Publié le mardi 29 mai 2012 - 17h41

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le 25 mai dernier, Vincent Pugibet, du domaine de la Colombette, à Béziers (Hérault), a convié l’ensemble de la filière viticole régionale à la plantation d’une vigne de cépage résistant. Une première en France.

Languedoc : la Colombette plante du cabernet Jura.

Languedoc : la Colombette plante du cabernet Jura.

« Objectif zéro pesticide : la Colombette expérimente de nouveaux cépages résistants ! » L’invitation lancée par François et Vincent Pugibet aux viticulteurs, responsables professionnels et élus a attiré du monde le 25 mai dernier au domaine de la Colombette.

Le président de FranceAgriMer, des élus du conseil général, le sénateur-maire de Béziers, tous sont venus appuyer la démarche des Pugibet père et fils, infatigables pionniers de l’innovation.

Les producteurs étaient également nombreux à assister à cette plantation symbolique : une parcelle expérimentale de 80 ares plantée en cabernet Jura, un cépage résistant obtenu par le Suisse Valentin Blattner et commercialisé par le pépiniériste Philippe Borioli.

« La filière viticole est le plus grand consommateur de pesticides du secteur agricole. Ces cépages résistants à l’oïdium et au mildiou sont une voie très prometteuse pour une viticulture biologique protégeant le vigneron, le consommateur et l’environnement », s’est félicité Vincent Pugibet.

La manifestation visait également à célébrer les perspectives inédites de recherche et de création variétales ouvertes par l’autorisation d’expérimenter ces cépages à grande échelle.

« Initialement, l’administration française était opposée à ces plantations, car ces variétés n’étaient pas inscrites au catalogue officiel des espèces et variétés végétales. Pourtant, les Allemands avaient le droit de les planter, il n’y avait aucune raison pour que ce ne soit pas possible en France », rappelle Vincent Pugibet qui, mandaté par les Vignerons indépendants, a défendu avec succès le dossier auprès du ministère.

« Cette autorisation ouvre la voie à une recherche privée, peu habituelle dans la filière viticole. Aujourd’hui, les professionnels peuvent s’impliquer dans cette étape fondamentale d’expérimentation à grande échelle qui permet de tester les obtentions tant sur leur résistance aux maladies que sur leur aptitude culturale, leur productivité ou leur potentiel qualitatif. Le lien va se resserrer entre recherche et professionnels et cela va créer une émulation qui sera profitable à tous », affirme le vigneron biterrois.

M. T.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Cépages résistants
Feu vert pour des plantations expérimentales

Publié le 04 mai 2012

Viticulture durable
L'Inra hésite à diffuser les variétés résistantes d'Alain Bouquet

Publié le 23 novembre 2011

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin