Actualités viticoles

Languedoc L’IGP Pays d'Oc en mal de rouges

Publié le mardi 17 mars 2015 - 14h38

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Va-t-on manquer de cépages rouges en IGP Pays d'Oc pour faire la jonction avec le prochain millésime ? C’est la crainte que commencent à exprimer certains opérateurs, alimentée par le flou sur la déclaration de récolte 2014.

« Les seules possibilités d’approvisionnement sont chez les négociants vraqueurs ou chez les producteurs de bio qui ont encore quelques disponibilités », témoigne Bruno Crouzet, courtier dans le Gard. ©C.WATIER

« Les seules possibilités d’approvisionnement sont chez les négociants vraqueurs ou chez les producteurs de bio qui ont encore quelques disponibilités », témoigne Bruno Crouzet, courtier dans le Gard. ©C.WATIER

« À ce stade de la campagne, il est très difficile de trouver des IGP Pays d'Oc de cépages rouges. Dans les caves, tous les volumes ont été contractualisés. Les seules possibilités d’approvisionnement sont chez les négociants vraqueurs ou chez les producteurs de bio qui ont encore quelques disponibilités », témoigne Bruno Crouzet, courtier dans le Gard.

À un peu plus de quatre mois de la fin de la campagne, le marché des vins de cépages IGP Pays d'Oc rouges montre des signes de tension. Les volumes récoltés permettront-ils d’alimenter le marché jusqu’à la fin de la campagne ? Pas sûr. La sécheresse dans le Biterrois et la grêle dans l’Aude ont fortement affecté les deux principaux bassins de production.

BEAUCOUP PLUS DE ROSÉS CETTE ANNÉE

Qui plus est, les caves ont privilégié les rosés, au détriment des rouges. Début mars, 143 000 hl de merlot rosé ont été contractualisés (contre 77 000 hl l’an dernier) et 45 000 hl de cabernet-sauvignon (contre 16 800 hl en 2014).

À la fin février, 2,2 millions d’hectolitres avaient été agréés en IGP Pays d'Oc rouge. Il faudrait pouvoir en agréer encore 1 million d’hectolitres d’ici la fin de la campagne pour alimenter les marchés au même niveau que l’an dernier et conserver un stock de 1,6 million d’hectolitres.

Sur le terrain, beaucoup pensent que ces volumes n’existent pas. Les nouveaux chiffres de récolte qui circulent semblent leur donner raison. D’abord annoncée à 12,5 millions d’hectolitres, elle ne serait que de 11,6 millions, un chiffre que les douanes n’ont pas confirmé à ce jour.

« Avec 12,5 millions d’hectolitres, on pensait arriver tout juste à faire la jonction entre les deux millésimes. Si nous avons 800 000 hl de moins, ce sera très compliqué », s’inquiète un acheteur. À moins que le marché s’essouffle à cause de la hausse des prix. « Les retiraisons restent correctes, mais elles sont déjà moins dynamiques qu’en début de campagne. Il y a encore beaucoup de vins qui ne sont pas retirés. Les deux mois à venir seront cruciaux », tempère Bruno Crouzet.

Michèle Trévoux
La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Hérault
Le nouveau dispositif des autorisations de plantation suscite des craintes

Publié le 15 avril 2015

Minervois
Un objectif de 180 €/hl d’ici cinq ans

Publié le 24 février 2015

Projet gouvernemental
L’examen pour devenir courtier sur la sellette

Publié le 18 novembre 2014

Languedoc 
Les AOC tentent la communication virale

Publié le 13 octobre 2014

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin