Actualités viticoles

Languedoc  Fitou doit monter en gamme

Publié le lundi 23 mars 2015 - 17h11

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

L’appellation Fitou se félicite d’avoir réalisé une belle récolte et de bonnes performances l’année dernière. Mais il lui reste à monter en gamme pour assurer un revenu à ses vignerons.

2014 : une belle année pour l’appellation Fitou dans le Languedoc. ©FITOU AOC

2014 : une belle année pour l’appellation Fitou dans le Languedoc. ©FITOU AOC

Un marché à l’équilibre, une récolte honorable et une commercialisation dynamique : l’appellation Fitou a tout pour se réjouir, à en croire Jérôme Villaret, directeur du Comité interprofessionnel des vins de Languedoc (CIVL), venu présenter les résultats de l’année 2014 à la presse, à Paris.

« Ce cru a réalisé une très belle récolte de 83.000 hectolitres en 2014, a-t-il précisé, soit 11 % de plus qu’en 2013. Si le Languedoc-Roussillon a souffert de petits volumes l’année dernière, ça n’a pas été le cas de Fitou. Nous sommes sereins pour alimenter les marchés. »

UNE APPELLATION QUI MONTE…

Et, en particulier, la grande distribution, qui engloutit 60 % des volumes commercialisés en France. L’appellation Fitou, en très grande majorité produite par des caves coopératives, est en effet la troisième appellation du Languedoc-Roussillon en volume et en valeur dans les linéaires. « Les ventes en grande distribution ont grimpé de 7 % en 2014, se réjouit Jérôme Villaret. Nous gagnons des parts de marché, notamment parce que le Languedoc a fait la différence et a compensé la baisse des autres vignobles. »

Cependant, les prix restent encore trop bas pour assurer une pérennité aux exploitations, fait observer Jean Daurat-Fort, président de l’appellation et vigneron indépendant. « En moyenne, le prix de la bouteille de fitou atteint 3,80 euros en grande distribution, quantifie Jérôme Villaret. Notre objectif est d’atteindre 4,50 euros dans les trois ans. » Une montée en gamme nécessaire pour continuer d’attirer de jeunes vignerons et leur assurer un revenu.
Quant à Jean Daurat-Fort, il vend ses vins 12 euros le col à la propriété.

Emilie-Anne Jodier
La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Languedoc-Roussillon
La volonté de planter

Publié le 15 avril 2015

Vins sans IG
Le Languedoc-Roussillon se dote d’une association de producteurs

Publié le 24 mars 2015

Languedoc-Roussillon
La fierté affichée d’un premier de la classe

Publié le 11 mars 2015

Languedoc
Tapis rouge pour le premier investissement chinois

Publié le 21 janvier 2015

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin