Actualités viticoles

Interdiction de la publicité sur internet La Mildt plaide l’erreur de copier-coller

Publié le lundi 30 septembre 2013 - 16h59

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

La Mission interministérielle de lutte contre la drogue et les toxicomanies (Mildt) ne veut pas interdire la publicité pour les boissons alcoolisées sur internet. Si cette mesure a figuré dans son dernier rapport, c’est en raison d’une erreur de copier-coller », explique-t-elle. De quoi soulever l’ire des professionnels de la vigne.

Le 25 septembre, Vin et société lançait sa campagne et le site internet cequivavraimentsaoulerlesfrançais.com pour empêcher le gouvernement de prendre plusieurs mesures contre le vin préconisées par des rapports officiels.

L’une de ces mesures, l’interdiction de la publicité en ligne, n’est plus à l’ordre du jour.

Dès le lendemain du lancement de sa campagne, Vin et société constatait sa disparition du plan 2013-2017 de lutte contre la drogue et la toxicomanie adopté le 19 septembre par la Mildt (Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie). Cette instance a tout simplement supprimé la phrase stipulant qu’il fallait « retirer de la liste des activités autorisées (…) la publicité en faveur des boissons alcoolisées sur les services de communication en ligne ». En clair, interdire la publicité en ligne.

En réalité, « c’est une mesure qui avait été étudiée mais arbitrée défavorablement. Elle n’avait rien à faire dans le plan. Nous avons effectué la correction », a expliqué Stéphane Idrac, chargée des relations avec la presse pour la Mildt, reconnaissant « une erreur malheureuse de copier-coller ».

Combattre cinq mesures

De la voix de sa déléguée générale, Audrey Bourolleau, Vin et société dit attendre « une communication officielle ».

« Cette pratique témoigne de la légèreté avec laquelle notre secteur est considéré. Nous demandons au Premier ministre de condamner fermement cette pratique et de remettre de la clarté dans le plan du gouvernement, indique le président de Vin et société, Joël Forgeau, dans un communiqué. Notre mobilisation se poursuit. Nous souhaitons l’abandon des mesures envisagées contre le vin et la création d’une instance interministérielle dédiée au vin. »

Vin et société, qui dit représenter 500 000 acteurs de la vigne, entend combattre « cinq mesures envisagées contre le vin : l’interdiction de parler du vin sur internet (en principe supprimée, NDLR), l’interdiction de parler positivement du vin dans les médias, la taxation du vin au nom de la santé publique, la radicalisation du message sanitaire et le durcissement des mentions sanitaires sur les étiquettes ».

AFP

Ces articles peuvent également vous intéresser

Publicité sur internet
Le directeur de l’Anpaa dérape dans « Wine Spectator »

Publié le 11 octobre 2013

Mercurey
Une promotion de haut vol !

Publié le 24 septembre 2013

Internet
L'Europe hausse le ton sur les extensions .vin et .wine

Publié le 17 septembre 2013

Bergerac
Un château s’affiche comme « le meilleur Pécharmant »

Publié le 21 août 2013

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin