Actualités viticoles

Inao  La décision sur l’aire AOP Bourgogne en Beaujolais devra attendre

Publié le vendredi 07 novembre 2014 - 17h35

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

,

Le comité national AOP de l’Inao, réuni le jeudi 6 novembre, a approuvé l’ensemble des conditions de production des vins et eaux de vie de vin pour la récolte 2014. Il a également reporté sa décision concernant l’aire AOP Bourgogne en Beaujolais.

Comme un fait exprès, la question de la délimitation de l’aire de l’appellation Bourgogne a été retirée de l’ordre du jour du comité national AOP de l’Inao, qui s’est déroulé le 6 novembre. Raison invoquée ? Le respect de la procédure nationale d’opposition qui prévoit certains délais dans les échanges entre les parties prenantes. « À quelques jours près, la procédure n’était pas respectée. Nous avons été contraints de la reporter au prochain comité national AOP qui aura lieu en février prochain », explique Christian Paly, président de ce comité.

La question de la délimitation de l’aire de Bourgogne oppose les producteurs bourguignons et beaujolais depuis trois ans. Un projet de modification de l’aire de Bourgogne blanc, rouge et aligoté, présenté en 2011, excluait un grand nombre de communes du Rhône et de la Saône-et-Loire (correspondantes à la zone du Beaujolais). La semaine dernière, les producteurs de Bourgogne en Beaujolais ont fait savoir leur détermination à pouvoir produire du Bourgogne, annonçant même être prêts à un nouveau recours auprès du Conseil d’État.

LE VCI ÉGALEMENT EN QUESTION

Le comité national a, par ailleurs, traité de diverses questions et notamment des questions de VCI (Volume complémentaire individuel). Les demandes des Côtes de Provence (3 hl/ha) et du Cabernet d’Anjou (5 hl/ha) ont été validées. C’est une première pour ces appellations qui entament leur première année d’expérimentation du VCI. « Le comité a validé les demandes parce qu’elles portent sur des volumes en accord avec le dispositif », commente Christian Paly.

Par ailleurs, des demandes en VCI et VSI (Volume substituable individuel) ont été formulées, notamment en Gironde. « Nous avons fait des choix. Certaines appellations ont été laissées sur le système classique de VSI quand d’autres ont été mises sous VCI », explique Christian Paly. Ces demandes préfigurent un dossier que le Bordelais compte porter l’année prochaine : celui de laisser le choix au vigneron d’arbitrer entre VCI et VSI. L’Inao y est fermement opposée. Et Christian Paly d’indiquer : « La concomitance des deux systèmes n’est pas admissible ! »

Marion Ivaldi
Vitisphere - La Vigne

Ces articles peuvent également vous intéresser

Effervescents
Le Conseil d’État valide l’IGP Var

Publié le 04 décembre 2014

Bourgogne 
Premier bilan sur la pourriture acide

Publié le 28 novembre 2014

Bourgogne
Du « Côte-d’Or » pour la prochaine vendange ?

Publié le 21 novembre 2014

Bourgogne
Une belle récolte, à condition de trier en rouge

Publié le 17 septembre 2014

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin