Actualités viticoles

Hérault Une parcelle de vigne sert de piste d’atterrissage

Publié le jeudi 16 août 2012 - 17h02

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Contraint d’atterrir en urgence suite à une panne mécanique, un avion de tourisme s’est posé dans une parcelle de vigne à Frontignan (Hérault), dimanche 12 août. Il n’y a aucune victime parmi les quatre occupants de l’appareil. Moins d’une trentaine de ceps ont été abîmés et les vendanges devraient se dérouler normalement d’ici la fin du mois. C’est la seconde fois qu’une telle histoire arrive à la famille de vignerons, propriétaire de la parcelle.

Hérault : une parcelle de vigne sert de piste d’atterrissage. © I. JUPIN/MIDI LIBRE

Hérault : une parcelle de vigne sert de piste d’atterrissage. © I. JUPIN/MIDI LIBRE

« Je n’ai pas vraiment eu le choix de l’endroit où poser l’avion. D’un côté, il y avait des habitations, de l’autre, des vignes. J’ai choisi les vignes. La chance que j’ai eue, c’est qu’il n’y avait pas de palissage sur cette parcelle. Sinon, cela aurait été beaucoup plus problématique… » C’est ainsi que Lionel, 27 ans, pilote d’avion, instructeur à l’aéro-club de Montpellier, raconte son atterrissage en urgence qui a eu lieu dimanche 12 août, du fait d’un problème mécanique. Ni lui, ni ses trois passagers n’ont été blessés dans l’incident.

Le lendemain matin, Bernard Rebois, viticulteur à Frontignan, a été informé par le maire de la commune qu’un avion avait atterri dans l’une de ses parcelles. L’homme d’un naturel apparemment calme et posé s’est alors rendu sur place. « Comme tout c’est bien terminé, j’ai pris l’incident avec humour. Nos vignes ne sont pas palissées comme souvent dans la région. Toutefois, la parcelle attenante à la nôtre, l’est. Le pilote a eu de la chance… »

Côté dommages : moins d’une trentaine de ceps ont été abîmés. « La parcelle est en indivision avec mon frère et ma sœur. Il va falloir arracher ces pieds abîmés et replanter. La perte doit être prise en charge par notre assureur », raconte-t-il.

Le plus étonnant dans l’histoire, c’est que c’est la seconde fois que les vignes de la famille servent de piste d’atterrissage d’urgence. « La première fois, je m’en souviens vaguement parce qu’à l’époque j’avais cinq ou six ans, précise-t-il. Mais mon frère, plus âgé, m’a bien confirmé les faits. » Reste à savoir si le fameux adage jamais deux sans trois se vérifiera…

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Travail dissimulé
Un Champenois condamné à de la prison ferme

Publié le 10 septembre 2012

Récolte 2012
Les prévisions revues à la baisse

Publié le 06 septembre 2012

Beaujolais
Casse-tête autour d’un rendement minuscule

Publié le 05 septembre 2012

Charente
Un viticulteur résiste à son expropriation

Publié le 04 septembre 2012

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin