Actualités viticoles

Hérault Le nouveau dispositif des autorisations de plantation suscite des craintes

Publié le mercredi 15 avril 2015 - 10h57

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le nouveau régime des autorisations de plantation était à l’ordre du jour de l’assemblée générale des Vignerons indépendants de l’Hérault. Les vignerons présents ont exprimé leurs inquiétudes face à la complexité du nouveau dispositif et aux risques de réduction du potentiel de production.

Les autorisations de plantation ont été abordées à l’assemblée générale des Vignerons indépendants de l’Hérault. ©VI de l’Hérault

Les autorisations de plantation ont été abordées à l’assemblée générale des Vignerons indépendants de l’Hérault. ©VI de l’Hérault

« Mais comment en est-on arrivé à un dispositif aussi compliqué ? » Cette question d’un viticulteur médusé, résume bien le sentiment général à l’assemblée générale des Vignerons indépendants de l’Hérault, le 13 avril, à Servian. Il a d’ailleurs été largement applaudi par une salle qui semblait abasourdie après la présentation sur le nouveau régime des autorisations de plantation, faite par Pierre Labruyère, délégué régional de FranceAgriMer, et Catherine Richer, déléguée territoriale de l’Inao.

Car ce régime, qui doit entrer en vigueur le 1er janvier prochain, présente encore quantité de zones d’ombre. Comment les autorisations de plantations nouvelles seront-elles réparties entre les régions ? Quels seront les critères d’éligibilité et de priorité pour sélectionner les demandeurs ? Ces questions font encore l’objet de discussions au sein de la filière.

Catherine Richer en a bien convenu : « On est loin de l’esprit très libéral de la réforme initialement proposée par l’Europe ».

Cette réforme prévoyait la suppression pure et simple des droits de plantation. Une perspective que la filière a refusée, obtenant le dispositif qui limite à 1 % par an le taux de plantations nouvelles. Résultat des courses : la Commission européenne a pondu un règlement qui « descend à un niveau de détail qui n’est pas raisonnable », a admis Pierre Labruyère.

LE POTENTIEL DE PRODUCTION MENACÉ

Autre inquiétude exprimée au cours de cette AG : l’impact de cette réforme sur le potentiel viticole de la région. « Comment croire que cette réforme va permettre d’accroître notre potentiel de production ? On se fout de nous », s’est énervé un vigneron, estimant que la réduction des délais pour les demandes de replantation ou de plantations nouvelles conduirait plutôt à une diminution du potentiel de production.

À partir de 2016, les vignerons n’auront plus que cinq à six ans entre la déclaration d’arrachage et la replantation, contre huit ans actuellement. « Pour une vigne atteinte de pourridié et dont on veut laisser reposer le sol, c’est insuffisant », a également pointé Pierre Gassier, président des Vignerons indépendants de l’Hérault. « C’est un point pour lequel nous nous sommes battus à Bruxelles sans obtenir gain de cause », a confié Jérôme Despey.

Jacques Gravegeal, lui, a souligné le danger du changement de périmètre des exploitations. Autrefois limité à 70 km du siège de l’exploitation, il est désormais élargi à la France entière. « Rien n’empêche un producteur qui a des vignes en Languedoc, mais également dans une autre région, d’arracher ici pour pouvoir replanter dans un autre vignoble qui ne serait pas contingenté. Là encore, c’est un risque pour le potentiel viticole de notre région », s’est-il inquiété.

Le 21 avril prochain, les comités AOP et IGP de l’Inao se réunissent pour discuter de la répartition par région du potentiel d’augmentation de 1 % accordé au niveau national, et des autres points du dispositif qui restent à éclaircir. « On n’est pas couché ! », présume Jacques Gravegeal qui préside le comité IGP.

Michèle Trévoux La Vigne - Vitisphere

Ces articles peuvent également vous intéresser

Nouvelle téléprocédure 
Vitiplantation ouvrira le 18 mai

Publié le 07 mai 2015

Plantation de vigne
Début des inscriptions le 18 mai

Publié le 27 avril 2015

Languedoc
L’IGP Pays d'Oc en mal de rouges

Publié le 17 mars 2015

Minervois
Un objectif de 180 €/hl d’ici cinq ans

Publié le 24 février 2015

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin