Actualités viticoles

Haut-Poitou  La coop reprise par Ampelidae

Publié le lundi 31 mars 2014 - 17h31

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Frédéric Brochet, vigneron et négociant dans la Vienne, a repris la cave du Haut-Poitou, criblée de dette. Il se dit prêt à travailler avec tous les anciens coopérateurs qui voudront lui livrer leur récolte.

Frédéric Brochet, gérant d’Ampelidae, l’entreprise qui a repris la cave du Haut-Poitou, criblée de dettes. © P. TOUCHAIS

Frédéric Brochet, gérant d’Ampelidae, l’entreprise qui a repris la cave du Haut-Poitou, criblée de dettes. © P. TOUCHAIS

Tout ça pour ça ! Le tribunal de grande instance de Poitiers (Vienne) vient de confier la cave du Haut-Poitou à Ampelidae. En septembre, Frédéric Brochet, le gérant de cette entreprise basée à Marigny-Brizay, avait fait une offre de reprise de la coopérative. Malgré un niveau d’endettement élevé, qui aurait été apuré par cette opération, les adhérents avaient repoussé son offre. Entre-temps, la coop a été placée en redressement judiciaire.

« Je ne veux pas regarder derrière. Nous avons un travail à mener », soupire Frédéric Brochet. Mais clairement, un an a été perdu. Et les adhérents sauront au cours d’une prochaine audience au tribunal ce qu’il adviendra de la dette dont ils sont solidairement responsables. En septembre, un montant de pertes de 300 000 euros sur la seule année 2012 était évoqué.

PLAN DE REPRISE SUR TROIS ANS

Frédéric Brochet a présenté au tribunal un plan de reprise sur trois ans d’un montant global de 2,8 millions d’euros. Il comprend l’acquisition des locaux et du matériel de la coopérative, ce qui lui apporte des bâtiments de stockage, et une ligne d’embouteillage qui lui fait défaut à Ampelidae.

Le gérant reprend également les neuf salariés de la cave. Il s’offre par la même occasion un vignoble de 25 ha, propriété de la coopérative, qu’il lui faudra convertir en bio pour l’exploiter dans les mêmes conditions que ses 70 ha actuels.

Frédéric Brochet réalise des achats en bio sur environ 50 ha. Et en 2013, il a acheté l’équivalent de 96 ha de vendanges en conventionnel à d’anciens coopérateurs.

« LES PORTES SONT OUVERTES »

« Je verrai en 2014 combien de vignerons voudront me livrer leur vendange. Les portes sont ouvertes », indique Frédéric Brochet qui veut travailler trois segments : l’AOC Haut-Poitou, dont une partie sera commercialisée à Alliance Loire, l’IGP Val de Loire et le vin de France, notamment en sauvignon. « Nous sommes le plus gros fournisseur de sauvignon bio en vin de France », précise le vigneron négociant.

Entre ses propres vignes et ses achats, Frédéric Brochet a vinifié 11 000 hl en 2013 pour un chiffre d’affaires de 3,2 millions d’euros, en hausse de 45 % par rapport à 2012.

Patrick Touchais

Ces articles peuvent également vous intéresser

Aude 
Plan de redressement bloqué pour Mont Tauch

Publié le 16 avril 2014

Bordeaux 
La coopérative de Tutiac se donne les moyens de grossir

Publié le 11 avril 2014

Gironde
La cave coopérative de Flaujagues en quête d’un repreneur

Publié le 10 avril 2014

Sud-Ouest 
Delpeyrat, le bordeaux comme arme pour attaquer l’export

Publié le 09 avril 2014

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin