Actualités viticoles

Grêle dans le Bordelais « On navigue à vue en espérant que le pire soit passé »

Publié le mercredi 07 août 2013 - 17h57

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Alain Barreau, 50 ans, viticulteur installé à Grézillac (Gironde), gère avec son frère Philippe deux domaines représentant 80 ha. Il a perdu 50 ha du fait de la grêle du 2 août. Aujourd’hui, il « navigue à vue » pour « sauver ce qui peut l’être » et il réfléchit aux décisions à prendre pour « éviter de perdre des marchés ».

Alain Barreau, viticulteur installé à Grézillac (Gironde), a perdu 50 ha du fait de la grêle du 2 août.

Alain Barreau, viticulteur installé à Grézillac (Gironde), a perdu 50 ha du fait de la grêle du 2 août.

Le château Haut Garriga et le château Coutrau, deux propriétés des frères Barreau situées à Grézillac, en plein cœur du couloir de l’orage de grêle du 2 août, ont essuyé un déluge inédit. « Nous avions mis en route notre poste Adelfa (association départementale de lutte contre les fléaux atmosphériques) en fin d’après-midi. La grêle est arrivée par le sud, déboulant des Landes, vers 21 heures. Cela a été très bref : 10 à 15 minutes maximum. Mais d’une extrême violence. Chez nous, les grêlons n’ont pas été très gros mais d’une densité incroyable. En quelques minutes, le sol s’est retrouvé recouvert de 10 cm de glace. Nous n’avions jamais vu cela », raconte Alain Barreau.

Quatre jours après les faits, l’heure est aux comptes. « Sur les 80 ha que compte l’exploitation, 50 ha sont touchés à plus de 80 %. Sur certaines parcelles, il n’y a carrément plus rien : ni feuilles, ni raisin. Juste les rameaux. Environ 15 ha sont touchés entre 30 et 80 %. Enfin, une quinzaine d’hectares ont été épargnés. Par rapport à d’autres, c’est déjà ça », poursuit le vigneron.

Concernant la conduite au vignoble, Alain Barreau avoue naviguer à vue : « Au lendemain de l’orage, nous avons traité les parcelles épargnées. Depuis lundi, nous traitons aussi celles qui sont impactées entre 30 et 80 %. Nous cherchons à sauver ce qui peut l’être. Ce qui m’inquiète, c’est de déterminer aussi les conséquences pour 2014. Nous savons qu’il y en aura, mais dans quelle proportion… »

L’exploitation compte six salariés. Faute de pouvoir leur donner du travail dans les jours à venir, les frères Barreau leur ont demandé de solder tous leurs congés d’ici le 25 septembre. « Avec Philippe, nous allons nous débrouiller à deux sur les parcelles qu’il reste à exploiter », explique-t-il.

Pour ce qui est du financement de l’entreprise, « mon banquier m’a appelé hier. Il m’a assuré que nos échéances de remboursements seraient repoussées », apprécie-t-il.

Côté commercialisation, le viticulteur a déjà réfléchi. En temps normal, la production est écoulée moitié en vrac au négoce, moitié en bouteilles. « Cette année, je vais privilégier mes marchés aux particuliers », affirme-t-il.

Il vend de l’AOC Bordeaux en blanc, rouge et rosé, ainsi que de l’Entre-deux-Mers et du crémant blanc : « Je ne vais pas faire de rouges cette année. J’ai un gros marché en rosé, en bib, que je ne veux pas perdre. Je vais donc passer le maximum dans la couleur. Pour les blancs, j’ai des parcelles qui ont été épargnées. Mais cela ne sera pas suffisant. Je vais devoir acheter du raisin pour fournir ma clientèle particulière. Ce qui m’inquiète, c’est que pas mal de monde va se retrouver dans le même cas que moi. Or, l’orage a touché l’Entre-deux-Mers, vignoble de blancs. On va être beaucoup sur peu de volume. »

En attendant de trouver, il reste sur ses gardes. « Les vendanges ont lieu dans quelques semaines. J’espère que d’ici là, nous n’allons pas avoir de nouveau de la grêle. Hier, nous avons encore dû allumer notre poste Adelfa… »

Aurélia Autexier

Ces articles peuvent également vous intéresser

Récolte 2013 
Dernières prévisions à 44,5 millions d’hectolitres

Publié le 06 septembre 2013

Gironde
Le préfet autorise l'achat de vin pour les viticulteurs grêlés

Publié le 05 septembre 2013

Bordeaux
La future petite récolte raffermit le marché du vrac

Publié le 04 septembre 2013

Stéphane Le Foll
« Je suis venu pour redonner confiance dans l’avenir »

Publié le 01 septembre 2013

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin