Actualités viticoles

Grêle dans l’Aude « Je suis anéanti »

Publié le mardi 08 juillet 2014 - 14h18

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Sur le domaine de José Garcia, viticulteur à Tourouzelle, c’est la désolation. L’orage de grêle qui a fondu sur le vignoble audois le dimanche 6 juillet a détruit 70 à 100 % de ses vignes.

Les 130 ha de vignes de José Garcia, viticulteur de l’Aude, étaient au cœur du couloir de grêle qui a traversé le vignoble du département le 6 juillet 2014.

Les 130 ha de vignes de José Garcia, viticulteur de l’Aude, étaient au cœur du couloir de grêle qui a traversé le vignoble du département le 6 juillet 2014.

« Tout est par terre. C’est une catastrophe. Je suis anéanti. On ne sortira pas la machine à vendanger cette année et la récolte de l’année prochaine est également compromise. »

Viticulteur à Tourouzelle, José Garcia est effondré. Ses 130 ha de vignes sont au cœur du couloir de grêle qui a traversé le vignoble audois le dimanche 6 juillet, en fin d’après-midi. « Cet orage a été d’une violence inouïe. Il est d’abord tombé des grêlons de la taille d’une balle de golf. On avait l’impression que des avions nous bombardaient de glaçons. Puis la grêle a été mêlée à de la pluie et, pour couronner le tout, le vent s’est levé. L’épisode a duré un quart d’heure, mais cela a suffi pour ravager le vignoble. C’est la désolation », raconte-t-il, encore sous le choc.

Grêlons prélevés sur le vignoble de José Garcia après le passage de l’orage dévastateur.Sur le domaine, la partie ouest située entre Tourouzelle et Castelnau-d’Aude est décimée à 100 %. « Il n’y a plus rien : ni feuille, ni raisin. Et le bois a été haché. » Sur une autre partie du domaine, située en plaine vers la commune d’Escale, les vignes ont été atteintes à 70 %.

« L’ANNÉE SERA LONGUE »

« Si je m’écoutais, j’arrêterais tout. C’est déjà difficile d’avancer en temps normal, mais quand survient un tel désastre à deux mois des vendanges, c’est terrible. 80 % des frais de l’année ont été engagés. Et cette année, nous avions beaucoup travaillé car la récolte s’annonçait petite. Nous avons mis de l’engrais, arrosé, traité, désherbé, relevé les fils… Tous ces efforts sont réduits à néant en un quart d’heure, c’est difficile à encaisser ».

José Garcia est assuré contre la grêle mais s’inquiète déjà de savoir comment et dans quels délais les assurances vont se positionner et si elles appréhenderont bien l’ampleur des dégâts. Pour l’heure, le viticulteur audois va réaliser un traitement au cuivre pour la cicatrisation des plaies. « L’année sera longue », lâche-t-il, écœuré.

Michèle Trévoux

Ces articles peuvent également vous intéresser

Gironde
Une oasis pour les oiseaux

Publié le 06 août 2014

Gard
Alerte au black rot

Publié le 04 août 2014

Ardèche 
Les orages du 20 juillet ont abîmé 250 ha de vignes

Publié le 23 juillet 2014

Tour des vignobles 
État favorable mais la grêle inquiète

Publié le 17 juillet 2014

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin