Actualités viticoles

Grande Bourgogne L’association des producteurs de Bourgogne en Beaujolais (APBB) fait monter la pression

Publié le mardi 12 juillet 2011 - 14h58

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

,

Se sentant menacés par une offensive de leurs voisins bourguignons qui ont demandé à l'Inao de pratiquer une délimitation géographique des appellations régionales de la Bourgogne, les vignerons du Beaujolais contre-attaquent. Ils ont créé une association et s'organisent pour conserver le droit de produire des vins sous l'étiquette Bourgogne.

Olivier Bosse-Platiere, président de l'association des Producteurs de Bourgogne en Beaujolais APBB.

Olivier Bosse-Platiere, président de l'association des Producteurs de Bourgogne en Beaujolais APBB.

« Le Beaujolais appartient historiquement à la Grande Bourgogne. Il peut très bien faire comme le Mâconnais et le Chablisien, à savoir développer une identité forte à l'intérieur de cet ensemble », plaide Olivier Bosse-Platière, président de la récente Association des producteurs de Bourgogne en Beaujolais (APBB). Cette association, créée au début de juin, revendique une centaine de caves particulières, la quasi-totalité des caves coopératives du Beaujolais, et le négoce du Beaujolais-Mâconnais.

Tous sont bien décidés à faire entendre la voix beaujolaise dans la politique bourguignonne... Un objectif ambitieux d'autant que les viticulteurs bourguignons semblent pour le moment avoir remporté une première partie : au printemps dernier, ils ont obtenu que l'Inao arrête les critères définissant la délimitation géographique des appellations bourguignonnes. Cette démarche était prévue dans le décret de 1937, mais n'avait jamais été menée jusqu'à présent...

Cette délimitation, dont la phase de consultation a pris fin le dimanche 10 juillet 2011, a abouti à l'exclusion du Beaujolais des appellations « Bourgogne aligoté » et « Bourgogne rouge » à partir de pinot noir. De plus, seules 34 communes, contre 85 auparavant, sont désormais autorisées à produire du bourgogne blanc dans le Rhône.

L'APBB conteste le document de l'Inao, principalement l'un des critères retenus, celui de « l'usage », qui écarte ainsi des communes au motif qu'elles ne peuvent justifier d'une production constante en Bourgogne.

« Seul le critère du sol devrait être utilisé : c'est lui qui peut indiquer si un cépage est apte à être cultivé de manière satisfaisante », argue même le négociant bourguignon Louis-Fabrice Latour, dans une lettre de soutien aux producteurs du Beaujolais consultée par l'AFP. Les vignerons du Beaujolais, de leur côté, se disent prêts à « contester cette délimitation devant les tribunaux compétents ». 

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Orages
De 50 à 80 % de la récolte de l'AOC Rully détruite par la grêle

Publié le 13 juillet 2011

Beaujolais
Brouilly défend son paysage

Publié le 15 juin 2011

Traitement par hélicoptère
La dérogation locale reconduite en Bourgogne

Publié le 03 juin 2011

Solidarité pour le Japon
Plus de 2 300 bouteilles collectées en Bourgogne

Publié le 19 avril 2011

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin