Actualités viticoles

Gironde  Une croissance très modérée pour 2017

Publié le lundi 12 octobre 2015 - 14h12

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le Bordelais demande 468 ha de plantations nouvelles pour 2017, un volume équivalent à celui de 2016 et qui correspond à 0,4 % de la surface du vignoble.

En Gironde, la demande d’autorisations de plantations nouvelles pour 2017 représente 0,4 % du vignoble girondin. © P. ROY

En Gironde, la demande d’autorisations de plantations nouvelles pour 2017 représente 0,4 % du vignoble girondin. © P. ROY

Le conseil de bassin Bordeaux-Aquitaine, qui s’est réuni le 8 octobre, a défini ses demandes d’autorisations de plantations nouvelles pour 2017.
En Gironde, le conseil demande 439 hectares pour les AOC, 28 ha pour l’IGP Atlantique et 1 hectare pour les vins sans IG. Ce volume d’autorisations de plantations nouvelles correspond peu ou prou à celui qui avait été défini pour 2016. Il représente 0,4 % des 115 000 ha de vigne en Gironde.

« Il est dans le droit fil de la croissance du vignoble observée depuis environ trois ou quatre ans », précise Bernard Farges, président du conseil interprofessionnel des vins et spiritueux.

UN CHOIX STRATÉGIQUE

La décision ne s’est pas faite à l’unanimité, une partie du négoce mettant en avant que certaines AOC communales n’avaient pas besoin d’accroître leur potentiel de production et qu’il n’était donc pas souhaitable de leur fixer un contingent. La production a passé outre cette position pour des raisons techniques.

« D’un point de vue réglementaire, entre ne pas fixer de contingent et fixer un contingent proche de zéro, il y a une différence ! », explique Bernard Farges. En effet – et de façon paradoxale – les AOC sans contingent s’exposent au risque d’être une zone de plantations potentielles. « Si le contingent national de 1 % des surfaces totales (soit environ 7 000 ha par an) n’est pas atteint, alors toutes les demandes de plantations nouvelles dans les zones sans contingent pourront être accordées ! », précise Bernard Farges.

En somme, les représentants de la production girondine ont préféré éviter de laisser des vides, y compris en vins sans IG, pour défendre une politique de production orientée sur les indications géographiques. Contacté, le président de l’Union des maisons de Bordeaux n’a pas souhaité commenter la décision du conseil de bassin.

Marion Ivaldi
Vitisphere - La Vigne

Ces articles peuvent également vous intéresser

Val de Loire-Centre
Le bassin valide 538 ha de plantations nouvelles

Publié le 09 novembre 2015

Languedoc-Roussillon
Chacun son rythme pour les plantations nouvelles

Publié le 20 octobre 2015

Plantations nouvelles
Les contingents sont validés

Publié le 16 juillet 2015

Languedoc-Roussillon
La volonté de planter

Publié le 15 avril 2015

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin