Actualités viticoles

Gironde Les dégâts de la grêle sont d’une « ampleur sans précédent »

Publié le mardi 06 août 2013 - 16h54

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

La grêle qui s’est abattue sur le Bordelais le 2 août s’avère d’une ampleur inédite par l’étendue et la gravité des dégâts causés au vignoble. Des exploitations pourraient ne pas s’en remettre.

Dans le vignoble de Grézillac, Henri Féret montre les dégâts dans ses vignes endommagées à 100 %. © S. KLEIN/SUD-OUEST

Dans le vignoble de Grézillac, Henri Féret montre les dégâts dans ses vignes endommagées à 100 %. © S. KLEIN/SUD-OUEST

La chambre d'agriculture de la Gironde revoit à la hausse son bilan de l’énorme orage de grêle qui s’est abattu sur le département le 2 août au soir (voir notre article du 5 août). Selon ses évaluations, le couloir orageux a couvert 35 000 à 37 000 ha. « À l’intérieur de cet espace, entre 15 000 et 20 000 ha de vignes ont été plus ou moins touchés et 7 000 ha sont impactés à au moins 80 %, chiffre Philippe Abadie, responsable du service développement de la chambre d’agriculture départementale. Sur 5 000 ha environ, nos conseillers nous indiquent qu’il n’y a plus rien. Juste le bois martelé… Sur ces parcelles, on se croirait en plein hiver… »

Selon une première estimation, ce sinistre représente une perte de chiffre d’affaires comprise entre 100 et 150 millions d’euros pour la filière bordelaise (6 000 ha totalement ravagés, soit 42 millions de bouteilles de perdues, vendues entre 2,50 et 3,50 €/col).

La situation est totalement inédite du fait de la conjugaison de l’ampleur de la zone touchée et de la gravité des dégâts. « C’est le quatrième orage en dix ans sur ce couloir mais là, le préjudice est incomparable. Les gens n’ont pas souvenance de dégâts d’une telle ampleur », insiste Philippe Abadie.

Patrick Vasseur, président de la FDSEA de Gironde et viticulteur, est encore plus catégorique. « On n’a pas connu une telle grêle au niveau français », affirme-t-il sans hésiter.

Carte des dégâts provoqués par l’orage de grêle du 2 août en Gironde. © CHAMBRE D'AGRICULTURE DE GIRONDE

La situation est d’autant plus douloureuse que les exploitations frappées par ce coup du sort ont traversé dix années de crise. « Cela faisait tout juste un an que les choses s’amélioraient, explique Patrick Vasseur. Pour certaines exploitations, cette grêle risque d’être le coup de grâce. Les viticulteurs n’ont plus aucune réserve, aucune trésorerie. De plus, à cette époque de l’année, on peut estimer qu’elles ont engagé 5 000 €/ha de frais en moyenne. L’essentiel du travail avait été effectué. Il ne restait plus qu’un ou deux traitements. Psychologiquement, c’est très dur. »

Autre élément qui inquiète : le printemps pluvieux a provoqué beaucoup de coulure et de millerandage sur le merlot. Les premières prévisions annonçaient une récolte faible : « Autour de 35 hl/ha pour le merlot, contre 55 hl/ha habituellement », précise Philippe Abadie.

En clair, l’autorisation d’achat de vendanges − voir l’encadré − risque d’être de peu d’intérêt à cause du manque de volume récolté. « Sur ce point, nous ne sommes pas du tout dans la configuration de l’orage de 2009 », ajoute l’expert. Il y a quatre ans, les viticulteurs touchés avaient pu acheter du raisin à leurs voisins. Cet automne, cela va être plus difficile. »


La préfecture annonce des mesures pour le vignoble de l’Entre-deux-Mers

Le 6 août, la préfecture de Gironde a annoncé une première série de mesures pour venir en aide aux viticulteurs : l’achat de vendanges sera rendu possible par un arrêté préfectoral, des possibilités d’exonération de taxes foncières sur le foncier non bâti sont prévues, tout comme des possibilités de délais de paiement de la TVA et la prise en charge d’une partie des cotisations sociales des exploitants concernés. Par ailleurs, le recours à l’indemnisation des calamités agricoles au titre de la perte de fonds sera expertisé au plus vite, assure la préfecture.

Aurélia Autexier

Ces articles peuvent également vous intéresser

Gironde
Le préfet autorise l'achat de vin pour les viticulteurs grêlés

Publié le 05 septembre 2013

Bordeaux
La future petite récolte raffermit le marché du vrac

Publié le 04 septembre 2013

Stéphane Le Foll
« Je suis venu pour redonner confiance dans l’avenir »

Publié le 01 septembre 2013

Jérôme Despey
« Il aurait fallu rendre l’assurance récolte obligatoire »

Publié le 28 août 2013

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin