Actualités viticoles

Gironde Cent cinquante viticulteurs bloquent l’entrée du négociant Grands vins de Gironde

Publié le vendredi 21 janvier 2011 - 12h04

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

A partir de 5 h30 ce matin du 21 janvier, à l'appel de la FDSEA 33 et des Jeunes agriculteurs de la Gironde, plus de 150 viticulteurs sont venus de tout le département pour lancer « un avertissement » au négoce, en bloquant la société Grands vins de Gironde (GVG), implantée sur la commune de Saint-Loubès.

Manifestation des viticulteurs

Manifestation des viticulteurs

Ce négociant qui travaille avec la grande distribution « achète au plus bas, selon Patrick Vasseur, secrétaire général de la FDSEA 33. Il a réalisé des achats à 600 euros le tonneau de 900 l de bordeaux rouge 2009 », soit 66,67 €/hl.

Pour le rappeler à l'ordre, les viticulteurs ont déposé des ceps morts, des piquets de vigne, du fil de palissage, des cartons et d'autres déchets à l'entrée de son siège. « On a bien tout mélangé. Ils vont devoir trier. On leur a fait un beau cadeau », s'amuse Delphine Mallet, vice-présidente des JA de Gironde.

Les organisateurs de la manifestation ont rencontré la direction de GVG pour « leur rappeler leurs engagements en matière de prix ».

Ce blocage se veut un premier avertissement « sympathique ». Pour autant, la colère des viticulteurs pourrait monter d'un cran. Ils ne supportent plus cette spirale des cours du vrac à la baisse.

Si la situation devait perdurer dans les prochains mois, les viticulteurs ont déjà un scénario tout prêt. Lors du prochain Vinexpo, du 19 au 23 juin 2011, ils n'hésiteront pas à envahir les stands des négociants. De quoi faire tache dans une manifestation de grande envergure.

« Ce n'est pas forcément la grande distribution qui nous met à genoux. Mais ce sont les négociants qui essaient toujours d'acheter plus bas que leur concurrent. Ce n'est pas tenable », confie un des viticulteurs.

Une première éclaircie pourrait se faire jour. Lundi matin, 24 janvier, sera lancée la SAS Mercure, voulue par l'ODG des Bordeaux et Bordeaux supérieur, à Beychac-et-Caillau. En clair, une centrale d'achat à laquelle les négociants s'engagent à acheter un volume minimal de vrac, selon un prix « d'orientation » défini par l'Observatoire du vrac : pas en dessous de 800 € le tonneau de bordeaux rouge 2010 et de 700 € pour les autres millésimes.

Les maisons de négoce Grands chais de France, Castel et Trilles seraient partantes pour jouer le jeu.

Déchets renversés

C. G.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Tours
Les anti-CVO manifestent devant le siège d’InterLoire

Publié le 26 janvier 2011

Observatoire des prix et des marges
Le syndicat des négociants en vin réagit au rapport Chalmin

Publié le 13 janvier 2011

Vins sans IG
Agrément des opérateurs pour les mentions cépage ou millésime (JO)

Publié le 08 novembre 2010

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin