Actualités viticoles

Gel d’hiver Vers une reconnaissance de calamité agricole dans le Beaujolais

Publié le vendredi 11 mai 2012 - 11h15

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Une demande de reconnaissance de calamité agricole a été déposée pour l’ensemble du Beaujolais après la visite d’une commission d’enquête qui devait statuer sur les dégâts causés par le gel d’hiver.

Débourrement hétérogène et mitage de bourgeons gelés dans certaines zones du Beaujolais : les constatations faites fin avril par les techniciens du Comité de développement du Beaujolais (CDB)-chambre d’agriculture ont entraîné la constitution d’une commission d’enquête réunissant la DDT (Direction départementale du territoire), le CDB et des représentants syndicaux.

Elle s’est réunie le 2 mai et a visité une quinzaine de parcelles réparties sur les communes de Chénas, Émeringes et Vauxrenard (toutes trois situées dans le Rhône), dans le nord du Beaujolais en zone de crus et de villages. Les constats sont hétéroclites, comme le confirme Pascal Ferrand, responsable de l’unité développement rural et environnement de la DDT du Rhône. « Certaines parcelles présentent des dégâts de gel. La plupart du temps, seul un ou quelques bourgeons par cep sont touchés et ne créeront pas de rameaux : cela va engendrer une perte de production mais ne rentre pas dans le cadre des prises en charge par les calamités agricoles. Certains ceps ont, eux, l’intégralité de leurs bourgeons gelés et il va falloir remplacer le pied, ce qui rentre dans le cadre des indemnisations par les calamités agricoles. »

 

Mais la situation globale reste difficile à estimer. « La mauvaise météo a retardé la végétation. Ajoutons à cela que d’autres zones de gel ont été identifiées dans le Beaujolais, dans le sud des crus et également dans la zone des génériques, et nous ne pouvons actuellement par dresser de bilan complet. » Les techniciens ont donc décidé de déposer une demande de classement en calamité agricole pour l’ensemble des communes du Beaujolais, « mais à raison de 1 % des surfaces totales, soit 170 ha, ce qui fait déjà beaucoup. »

La commission nationale examinera cette demande le 13 juin. Si elle est acceptée, les viticulteurs qui ont perdu des ceps pourront demander à être indemnisés pour leur remplacement.

D. B.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Alsace 
Hélicoptère interdit, récolte menacée

Publié le 08 juin 2012

Beaujolais 
Un vigneron célèbre la reine d’Angleterre sur ses bouteilles

Publié le 31 mai 2012

Var
« Des vignerons ont perdu jusqu’à 90 % de leur chiffre d’affaires »

Publié le 30 mai 2012

Cognac 
La viticulture n’est pas opposée à des plantations nouvelles

Publié le 29 mai 2012

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin