Actualités viticoles

Gard Des vins pratiquement sans résidus

Publié le jeudi 15 décembre 2011 - 16h49

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Une étude montre que les vins du Gard contiennent des niveaux de résidus de produits phytosanitaires très inférieurs aux LMR, seuils réglementaires garantissant une consommation sans risque pour la santé.

Sandrine Bonnand, de la société Bayer, et Jacques Oustric, de la chambre d’agriculture du Gard. © J.-C. GRELIER/GFA

Sandrine Bonnand, de la société Bayer, et Jacques Oustric, de la chambre d’agriculture du Gard. © J.-C. GRELIER/GFA

Lors du Sitevi, la chambre d’agriculture du Gard a dévoilé les premiers résultats de l’étude qu’elle a menée sur les résidus de produits phytosanitaires dans les vins en partenariat avec la société Bayer et le conseil général du Gard.

Pendant quatre années (de 2007 à 2010), la chambre a sélectionné 151 échantillons de vins représentatifs du département : des blancs, des rouges, des rosés, des vins sans IG, des IGP et des AOP obtenus à partir de différents itinéraires techniques parfaitement renseignés (conventionnel, raisonné). Elle les a choisis chez des vignerons en cave particulière et dans des coopératives.

Aucun vin n’est exempt de résidus. « Mais aucun ne dépasse les LMR (limite maximale de résidus). Plus de 80 % des vins ont des niveaux de résidus inférieurs à 10 % de la LMR. Le taux maximum que l’on a retrouvé est de 30 % de la LMR », insiste Jacques Oustric, de la chambre d’agriculture du Gard.

Ce sont des laboratoires indépendants qui ont réalisé les analyses. Ils ont recherché dans chaque échantillon de vin les substances actives réellement appliquées au vignoble. Ils ont donc réalisé au total 7 384 analyses, ce qui correspond à une cinquantaine de substances actives en moyenne par millésime, tous échantillons confondus. Dans 95 % des analyses, les experts n’ont pas retrouvé de résidus.

Dans 2 %, ils ont détecté des traces de résidus, mais ils ne sont pas quantifiables. Dans 3 % des analyses, ils ont observé des résidus quantifiables, mais à des niveaux bien inférieurs aux LMR. En fait, seules six à neuf substances actives sont quantifiées dans les vins.

Pour atteindre la DJA (dose journalière admissible) avec le vin présentant la teneur en résidus la plus élevée de cette étude, il faudrait en boire 19 litres par jour soit 190 verres, et ce tout au long de sa vie ! Des résultats rassurants.

C. S.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Faits divers
Un incendie ravage 1 500 hl de cuverie

Publié le 17 novembre 2011

Marketing 
MasterChef s’emballe pour des coffrets mets et vins

Publié le 15 novembre 2011

Bordeaux
La campagne 2011-2012, test pour le merlot sans IG

Publié le 07 novembre 2011

Certiphyto
Les arrêtés précisent les conditions de délivrance

Publié le 25 octobre 2011

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin