Actualités viticoles

Gaillac Les effets de la mention « Vendanges tardives » sur les prix

Publié le lundi 20 octobre 2014 - 11h37

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le vignoble de Gaillac, dans le Tarn, voit le haut de gamme de ses blancs doux gagner en prestige depuis que la mention « Vendanges tardives » lui a été accordée officiellement à la fin 2011, un privilège rare jusqu’ici réservé aux vins d’Alsace et au jurançon du Béarn.

Cédric Carcenac, viticulteur et président des producteurs de vins d'appellation Gaillac.

Cédric Carcenac, viticulteur et président des producteurs de vins d'appellation Gaillac.

Face à l’Alsace qui a obtenu la mention « vendanges tardives » dès 1984, Gaillac fait encore figure de Petit Poucet avec une production quinze fois inférieure. Mais pour les professionnels, l’essentiel est ailleurs.

600 hl de gaillac vendanges tardives récoltés en 2012, 280 seulement en 2013 « pour assurer une qualité sans défaut », la quantité importe peu aux yeux de Cédric Carcenac, président des producteurs de vins d’appellation Gaillac depuis 2013. Fin octobre début novembre, les vignerons vont lancer leur quatrième campagne de vendanges autour de trois cépages « qui n’existent nulle part ailleurs », selon Cédric Carcenac : le loin de l’œil, le mauzac et l’odenc.

Au-delà du travail nécessaire, « c’est son rendement qui fait son prix, on n’en produit chez nous que dix à quinze hectolitres par hectare, bien en dessous du plafond autorisé », assure le viticulteur. 

Les gaillacs vendanges tardives sont commercialisés principalement chez les cavistes, en restauration haut de gamme et en vente directe à un prix de 10 à 25 euros la bouteille, un peu moins cher que les alsaces, selon les professionnels.

UN PRODUIT DE NICHE

Ces prix ne rebutent pas les acheteurs, si on en croit Cédric Carcenac, car les vendanges tardives se prévalent d’un cahier des charges exigeant : au moins 17 degrés d’alcool potentiel, un ramassage à la main obligatoire, un rendement plafonné à 25 hectolitres à l’hectare et 18 mois d’élevage minimum.

Les vendanges tardives sont appelées à rester un produit de niche. Ce breuvage représente moins de 1 % du total des vins de Gaillac, à forte dominante rouge, mais « il devrait bénéficier en termes d’image à toute la production », estiment les professionnels.

« Nos amis Alsaciens ne nous ont pas vus arriver d’un bon œil, mais nous avons prouvé notre légitimité, on ne galvaude pas l’appellation et plus personne ne pinaille », assure Cédric Carcenac.

AFP

Ces articles peuvent également vous intéresser

Gaillac 
Dernière ligne droite pour une usine de méthanisation des marcs

Publié le 20 octobre 2014

Vendanges tardives
Gaillac gagne contre l'Alsace

Publié le 06 mars 2014

Gaillac
La Cave de Labastide-de-Lévis achète 14 ha de vigne

Publié le 17 septembre 2013

Beaujolais nouveau 
La course contre la montre

Publié le 17 septembre 2013

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin