Actualités viticoles

Fongicides BASF continue à soutenir les QoI

Publié le vendredi 28 novembre 2014 - 09h12

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Mots-clés :

,

,

La firme maintient que les QoI présentent une efficacité contre l'oïdium à condition d'être utilisés préventivement. Elle vient d'identifier le mode d'action de son antimildiou amétoctradine, et en déduit de nouvelles recommandations d'emploi.

Pierre-Antoine Lardier, responsable du pôle cultures spéciales chez BASF.

Pierre-Antoine Lardier, responsable du pôle cultures spéciales chez BASF.

C’est devenu une habitude : BASF fait part de ses propres préconisations pour préserver l’efficacité des fongicides face aux souches de maladies résistantes, sans attendre celles des services officiels. La firme vient de les révéler pour la campagne à venir. Elle continue de défendre les QoI que les services officiels ont déconseillés d’utiliser cette année contre l’oïdium. Ils l’avaient déjà fait dès 2011 contre le mildiou.

« L’an dernier, les recommandations de la note nationale ont fait s’effondrer les utilisations de QoI, regrette Pierre-Antoine Lardier, responsable du pôle cultures spéciales chez BASF. Or, nos essais montrent que ces produits marchent s’ils sont appliqués préventivement. Ils ne sont pas à mettre au placard. »

La firme maintient que l’on peut utiliser un QoI solo par saison contre l’oïdium (Stroby DF), et deux produits de cette famille si l’un des deux est associé « à un partenaire ayant une efficacité intrinsèque suffisante » (Collis). « Cette année, nous n’avons pas rencontré de problèmes de contrôle de l’oïdium sur des sites renfermant 50 et 100 % de souches résistantes et où nous avons utilisé les QoI selon nos préconisations », assure Pierre-Antoine Lardier.

Par ailleurs, BASF a découvert le mode d’action de son nouvel antimildiou, l’amétoctradine, matière active d’Enervin. Elle soutient qu’il est distinct de tous les autres modes d’action connus. À ce titre, l’amétoctradine est le premier, et pour l’instant le seul, représentant de la famille des QoSI (Quinone outside, Stigmatellin binding type, Inhibitor).

Pour BASF, il n’y a plus de raison de l’assimiler au groupe des QiI (Cyazofamid, Mildicut) comme l’ont fait les services officiels pour la campagne 2014. On peut l’employer au maximum deux fois par saison, toujours en préventif, indépendamment des autres produits utilisés dans le programme antimildiou.

La firme s’apprête à écrire à tous ses clients pour leur exposer ses recommandations.

Bertrand Collard

Ces articles peuvent également vous intéresser

Résistance aux fongicides
Les recommandations de BASF Agro pour 2014

Publié le 08 janvier 2014

Résistances
Des restrictions pour les antioïdiums à base de QoI

Publié le 06 mars 2013

Réglage des pulvés
BASF Agro précommercialise le service "Evidence"

Publié le 29 mars 2011

Mildiou, oïdium, botrytis
Les notes nationales sont parues

Publié le 28 février 2011

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin