Actualités viticoles

Exportations  Le Brésil envisage des mesures protectionnistes

Publié le lundi 21 mai 2012 - 16h34

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Sous la pression de son industrie viticole naissante, le Brésil réfléchit à la mise en place de mesures pour protéger sa production nationale de la concurrence des importations. Parmi les mesures possibles : une hausse des droits de douanes ou l’instauration de quotas.

Pour un pays qui a le privilège d’accueillir la Coupe du monde de football en 2014 et les Jeux olympiques d’été 2016, cela fait un peu désordre. Le Brésil réfléchit en effet à la mise en place d’une clause de sauvegarde pour protéger son industrie viticole de la concurrence des vins étrangers.

« Pour l’instant, le gouvernement brésilien instruit le dossier à la demande de sa filière viticole. Il auditionne les différentes parties intéressées par ces éventuelles mesures de sauvegarde. Cela devrait se poursuivre jusqu’à mi-juin », explique Nicolas Ozanam, délégué général à la FEVS, la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux.

Si l’État Brésilien va jusqu’au bout de sa démarche, des restrictions à l’importation des vins tranquilles entreront en vigueur. Parmi les mesures possibles, une hausse des droits de douanes et l’instauration de quotas sont invoquées.
La FEVS précise que le dispositif ne concernerait que les vins tranquilles en bouteilles. Il s’appliquerait à tous les pays sauf à ceux du Mercosur, dont l’Argentine est membre.

Sur place, le projet ne fait pas l’unanimité. Les importateurs et les restaurateurs locaux argumentent que de telles mesures seraient contraires à l’intérêt des consommateurs qui doivent pouvoir acheter ce qu’ils préfèrent.

La Commission européenne a déjà déposé ses critiques dans le cadre de l’instruction en cours.

Le Brésil n’est pas un gros marché pour la France. Il est notre vingt-deuxième client à l’export pour les vins avec un chiffre d’affaires de 38 millions d’euros réalisés en 2011 selon Ubifrance. Reste que ce pays offre une intéressante tête de pont sur l’Amérique latine, car il connaît un développement constant depuis dix ans. « La valeur de nos exportations de vins et spiritueux a progressé de 160 % sur la dernière décennie », rappelle la FEVS.

« Un vrai coup dur ! »
Julie Héreng, agent export, s’est lancée sur le marché brésilien en octobre 2011. Le nouveau contexte marque un coup d’arrêt à ses affaires naissantes. « Je venais de négocier un contrat avec un importateur à Rio de Janeiro pour 10 000 à 20 000 bouteilles par an. J’avais constitué un réseau d’acheteurs là-bas et je devais leur présenter mes vins sur place en juin, mais tout est figé. Les importateurs avec lesquels je suis en contact pensent que le pays s’achemine vers une hausse des droits de douanes. Quand on sait qu’aujourd’hui le prix d’une bouteille se trouve multiplié par sept entre sa sortie de cave hors taxe et sa commercialisation TTC en rayons là-bas, on imagine l’impact qu’aurait une telle hausse. Si des quotas d’importations sont arrêtés, ce sera la catastrophe pour les petits opérateurs comme moi. »

 

 

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Communication 
Deux bannières pour le Sud-Ouest

Publié le 18 juin 2012

Affaire Labouré-Roi
L’interprofession se porte partie civile

Publié le 18 juin 2012

Languedoc-Roussillon 
« La grande interprofession d’IGP n’aura pas lieu »

Publié le 08 juin 2012

Unesco
Des chercheurs veulent l'inscription des vins de terroirs

Publié le 04 juin 2012

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin