Actualités viticoles

Étude sociologique Quand la fin de vie rime avec faim de vie…

Publié le vendredi 15 mars 2013 - 12h31

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

La sociologue et anthropologue Catherine Le Grand-Sébille a mené une enquête pour mieux comprendre l’attitude des soignants et des proches face aux envies et aux comportements alimentaires des personnes en fin de vie. Deux tendances diamétralement opposées existent dans notre société : l’ultramédicalisation ou la recherche des plaisirs du goût retrouvés.

L’enquête « Fins de vie. Plaisirs des vins et des nourritures » menée par Catherine Le Grand-Sébille, enseignante et chercheuse à la faculté de médecine de Lille (Nord), aborde avec une grande sensibilité le délicat sujet de l’accompagnement de la fin de vie. La socio-anthropologue a cherché à savoir quelles étaient les pratiques en France en matière d’alimentation et de consommation de vin en fin de vie.

Les résultats montrent qu’ils existent deux tendances diamétralement opposées : l’emprise de la médicalisation de l’existence ou, au contraire, la démédicalisation et les plaisirs du goût retrouvés.

Elle illustre le premier cas de figure : « Par exemple, en cas de diabète, la consommation de vin va se voir interdite pour des patients qui n’ont pourtant plus que quelques jours ou semaines à vivre. » À l’inverse, elle cite l’exemple de certaines équipes médicales qui font le choix d’arrêter certains traitements médicamenteux connus pour dénaturer le goût de leur patient. Pour reprendre l’expression de l’un de ces médecins, l’objectif est alors de redonner « la saveur des derniers jours ».

L’étude établit aussi que l’on assiste actuellement à une instrumentalisation de la notion de plaisir par les recommandations moralisatrices et normalisatrices du personnel médical.

Et d’expliquer : « Même en maisons de retraite, pourtant considérées comme des lieux de vie, la consommation de vin n’est pas toujours autorisée à tous les résidents, ou uniquement une fois par semaine. » La possibilité de boire un verre devient une « décision thérapeutique ».

L’étude fait actuellement l’objet de conférence-débat dans les régions où elle a été menée.

Aurélia Autexier

Ces articles peuvent également vous intéresser

Italie
La consommation de vin en berne

Publié le 08 avril 2013

Droits de plantation
Gagnants et perdants de la fin d’un système

Publié le 12 mars 2013

Étude de la chambre d’agriculture de Gironde
Les verriers contre-attaquent

Publié le 07 mars 2013

Étude sur le risque alcool
Le coup de gueule d’Yves d’Amécourt

Publié le 06 mars 2013

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin