Actualités viticoles

Etude FranceAgriMer (2) Les vins français doivent simplifier leur présentation à l'exportation

Publié le vendredi 25 mars 2011 - 09h35

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Les vins français, qui perdent des parts de marché à l’exportation, doivent être plus facilement compréhensibles par les consommateurs dans le monde entier, selon une « étude d’impact de promotion » effectuée par FranceAgriMer.

Bien que les vins français conservent une très bonne image, « le dispositif de promotion est insuffisant. Il pourrait être plus efficace », a estimé Anne Haller, chargée de mission à FranceAgriMer, à l’occasion d’une conférence de presse le 24 avril, au lendemain du conseil spécialisé de la filière du vin.

L’enquête présentée compare les politiques menées par les onze principaux pays producteurs (par ordre alphabétique : Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, Australie, Chili, Espagne, États-Unis, France, Italie, Nouvelle-Zélande et Portugal) sur neuf pays considérés comme clés (Allemagne, Belgique, Canada, Chine, États-Unis, Japon, Pays-Bas, Royaume-Uni et Russie). Elle a été menée auprès de consommateurs et de professionnels du vin.

« Les producteurs de vins français ne peuvent se contenter de vivre sur leur acquis. Leur position étant menacée sur les marchés anciens comme émergents », a souligné Mme Haller.

Les vins français doivent être « plus accessibles » aux consommateurs, « plus compréhensibles », « moins ésotériques » et « moins élitistes », met en avant l’étude.

« Les consommateurs veulent bien boire du vin français mais pour eux ce doit être un service facile, ils ne souhaitent pas faire des efforts », a précisé Mme Haller.

Depuis plusieurs années, la France est confrontée à une concurrence croissante de nouveaux pays viticoles. L’Hexagone disposait d’une part de marché mondial sur les exportations de 15 % en volume et de 30 % en valeur en 2009, rappelle l’étude. Or, cette part ne cesse de s’éroder depuis plus de vingt ans avec des volumes qui se contractent (-16 % en dix ans), alors que l’Italie et l’Espagne ont largement profité de la hausse du marché des années 2000.

Les pays du Nouveau Monde ont, quant à eux, doublé leurs volumes sur la même période, souligne encore l’étude.

Selon AFP

Ces articles peuvent également vous intéresser

Droits de plantations
Un colloque au Sénat pour faire pression sur Bruxelles

Publié le 01 avril 2011

Etude FranceAgriMer (1)
Les vins français gardent la cote à l'étranger

Publié le 25 mars 2011

Controverse
« Il faut des porteurs de mémoire dans les jurys du Concours général agricole »

Publié le 23 mars 2011

Japon
Les affaires secouées après le tremblement de terre

Publié le 17 mars 2011

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin