Actualités viticoles

Enrichissement  Le Languedoc réclame le retour des aides

Publié le mardi 06 mai 2014 - 16h23

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Les viticulteurs du Languedoc-Roussillon, appuyés par les parlementaires, réclament la remise en place d’une aide aux moûts concentrés et aux moûts concentrés rectifiés au nom de l’équité au sein de la filière viticole. Seule solution : une aide nationale.

« C’est une position unitaire que nous avons défendue auprès du ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, lors de sa venue à Montpellier (Hérault) le 25 avril dernier. Vignerons indépendants, coopération… La profession est unanime pour réclamer le retour des aides aux moûts concentrés (MC) et aux moûts concentrés rectifiés (MCR). Il n’est pas pensable de continuer une année de plus avec le dispositif actuel, qui entraîne des surcoûts inadmissibles pour les vignerons du Languedoc-Roussillon. Ceux-ci ne sont pas autorisés à enrichir par chaptalisation, contrairement à leurs homologues du reste de la France et d’une partie de l’Europe. »

Président de la FRSEA du Languedoc-Roussillon, Denis Carretier a souhaité faire savoir, le 5 mai, lors d’une conférence de presse à Narbonne (Aude), que rien n’était réglé sur l’épineux sujet du coût de l’enrichissement dans sa région.

« TROUVER UNE SOLUTION TRANSITOIRE »

La profession n’entend pas attaquer les prochaines vendanges sans de nouvelles dispositions sur l’enrichissement. « Il est trop tard pour envisager le retour des aides européennes pour cette campagne, il faut donc trouver une solution transitoire », explique Denis Carretier. Mais l’OCM viticole ne permet plus de subventionner l’utilisation de MC et de MCR avec les enveloppes nationales.

« La seule solution envisageable serait une aide de minimis, autorisée par Bruxelles dans les cas de conjonctures difficiles. Elle peut être accordée par un État membre sur des fonds nationaux dans la limite de 15 000 euros sur trois ans pour les exploitants agricoles et de 200 000 euros pour les entreprises. Nous avons chiffré entre trois et quatre millions d’euros le coût de cette aide qui serait accordée aux viticulteurs des régions qui n’ont pas été autorisées à chaptaliser l’an dernier (Languedoc-Roussillon, Paca et le département de l’Ardèche) sur la base d’un prix du MCR à 3 €/hl », argumente Jérôme Despey, président du conseil spécialisé vins de FranceAgriMer.

Reste à savoir si le gouvernement français acceptera faire cette dépense. Le temps presse. Les professionnels languedociens, appuyés par l’ensemble des parlementaires de la région, ont fixé la date butoir du 1er juin pour avoir des propositions concrètes du ministère de l’Agriculture. Passée cette date, la situation pourrait devenir explosive, laissent-ils entendre.

Michèle Trévoux

Ces articles peuvent également vous intéresser

Enrichissement 
L’IGP Pays d’Oc s’allie au lobby des moûts concentrés

Publié le 02 juin 2014

Congrès des appellations
Retour du spectre de la libéralisation des plantations

Publié le 11 avril 2014

Languedoc-Roussillon 
Consensus pour une augmentation du potentiel viticole

Publié le 09 avril 2014

Languedoc-Roussillon 
Carrefour se rapproche des producteurs

Publié le 26 mars 2014

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin