Actualités viticoles

Enrichissement  La ligue du Sud pour défendre les moûts concentrés

Publié le jeudi 12 mars 2015 - 17h26

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le 6 mars dernier, à Rome, l’IGP Pays d’Oc a scellé une alliance avec les deux plus gros producteurs européens de moûts concentrés. L’objectif est de lutter contre la chaptalisation et de dénoncer la distorsion de concurrence entre ceux qui ont le droit de chaptaliser et les vignobles qui enrichissent avec les moûts concentrés. Les alliés demandent que soit mentionné, sur les étiquettes, tout ajout de sucre dans les vins.

Marco Bertagni, directeur de FederMosti, Manuel Civera, directeur d’Azumancha, et Jacques Gravegeal, président de l’IGP Pays d’Oc.

Marco Bertagni, directeur de FederMosti, Manuel Civera, directeur d’Azumancha, et Jacques Gravegeal, président de l’IGP Pays d’Oc.

C’est une alliance inédite. L’ODG de l’IGP Pays d’Oc s’engage aux côtés des deux plus gros producteurs européens de moûts concentrés (MC), l’espagnol Azumancha et l’italien FederMosti, pour rétablir des conditions équitables de concurrence entre producteurs de vin. L’accord a été signé le 6 mars, à Rome, en Italie, à l’occasion de l’assemblée générale de Must, le réseau des producteurs européens de moûts concentrés.

« La cohésion de ce secteur est une bonne nouvelle, s’enthousiasme Marco Bertagni, directeur de FederMosti et du réseau Must. Elle rendra plus efficaces les actions que nous menons à Bruxelles et au niveau national depuis plusieurs années pour réparer les méfaits et les injustices de la réforme de l’OCM en 2008. C’est à cette époque qu’a été supprimée l’aide aux MC et maintenue, contrairement aux accords et dans une ultime manœuvre du lobby du sucre, la possibilité de chaptaliser. »

Une cause que Jacques Gravegeal, président de l’ODG Pays d’Oc, ne pouvait que rallier, lui qui, depuis plusieurs années, défend l’interdiction de la chaptalisation, comme c’est le cas en Europe du Sud.

Les trois alliés entendent se battre contre la distorsion de concurrence entre les vignobles qui ont le droit de chaptaliser et ceux qui ont le droit d’enrichir avec les MC. Ils envisagent le lancement d’une vaste campagne de communication grand public en France, en Italie et en Espagne, pour informer le consommateur sur ce sujet, et réclament l’obligation de mentionner sur l’étiquette tout ajout de saccharose dans les vins.

Michèle Trévoux
Vitisphere – La Vigne

Ces articles peuvent également vous intéresser

Enrichissement
Des mesures d’accompagnement à l’étude

Publié le 27 juin 2014

Enrichissement 
Stéphane Le Foll promet du nouveau le 26 juin

Publié le 19 juin 2014

Languedoc
Poussée de fièvre à propos de l’aide à l’enrichissement

Publié le 17 juin 2014

Congrès des vins IGP
L’enrichissement crispe les esprits

Publié le 13 juin 2014

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin