Actualités viticoles

Enrichissement  « Cette année, il sera difficile de ne pas avoir recours aux MCR »

Publié le mercredi 18 juillet 2012 - 10h59

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le 1er juillet 2012 a signé la fin de l’aide à l’utilisation des MCR. Le budget qui lui était alloué variait entre 12 et 15 millions d’euros pour la France.

Malgré la fin de l’aide européenne et des coûts en hausse, les vignerons du Midi seront contraints de continuer à utiliser les MCR pour l’enrichissement de leurs vins. © G. BARTOLI/FEDEPHOTO

Malgré la fin de l’aide européenne et des coûts en hausse, les vignerons du Midi seront contraints de continuer à utiliser les MCR pour l’enrichissement de leurs vins. © G. BARTOLI/FEDEPHOTO

« Cette aide disparaît. Et en même temps, le coût des MCR augmente », regrette Michel Servage, le président de la Confédération française des vins de pays.

Effectivement, aujourd’hui, il faut compter 5 euros pour enrichir un hectolitre de 1 % vol avec des MCR. Or, il y a deux ans, le coût était de l’ordre de 2,30 euros et de 3 euros en 2011. « Le principal producteur de MCR est l’Espagne. Or il y a eu beaucoup d’arrachages. Le prix du vin a augmenté. Celui des MCR également », explique Michel Servage.

Les opérateurs qui ont recours à cette pratique vont donc devoir faire face à un important surcoût. « Les professionnels se sont donc mobilisés pour demander à ce qu’il y ait une équité entre ceux qui peuvent chaptaliser et les autres », rapporte Michel Servage.

Chaptalisation interdite dans le Midi

En effet, à ce jour, la chaptalisation, c’est-à-dire l’enrichissement avec du saccharose, reste interdite dans le Midi. L’État est en train de préparer un texte pour l’autoriser mais les professionnels ne savent pas s’il paraîtra à temps pour les vendanges.

De toute façon, les opérateurs du Midi ne sont pas équipés pour mettre en place cette technique. « Le sucre de betterave arrive sec. Il faut de la main-d’œuvre pour manipuler les sacs et des cuves équipées d’agitateur pour dissoudre le sucre. Et nous ne sommes pas sûrs de nous approvisionner en sucre comme nous voudrions. Nous n’allons pas trouver des tonnages importants du jour au lendemain », détaille Michel Servage.

Surtout, les opérateurs de la région ne souhaitent pas avoir recours à la chaptalisation pour des raisons éthiques.

Pour la récolte 2012, les opérateurs du Midi devraient donc quand même continuer à utiliser les MCR. « Cela va être compliqué de faire autrement », constate Michel Servage. C’est d’autant plus vrai qu’avec un marché tendu, beaucoup d’opérateurs ont déjà réservé leurs MCR.

Lire aussi notre article : Les vins de pays opposés à la fin de l'enrichissement

C. S.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Déclaration d’enrichissement
Les douanes ouvrent la téléprocédure « Œno »

Publié le 03 août 2012

Congrès de la CFVDP
Les droits à paiement de base sur la table

Publié le 22 juin 2012

Congrès de la CFVDP
Les vins de pays opposés à la fin de l’aide à l’enrichissement

Publié le 22 juin 2012

OCM vin
L’arrachage primé n’a pas atteint son objectif

Publié le 12 juin 2012

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin