Actualités viticoles

Énergie renouvelable Du marc de raisin pour fournir du biogaz

Publié le mardi 20 décembre 2011 - 17h42

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

La société Holding Verte collectera dès fin 2012 les marcs distillés dans le Cher. Elle les méthanisera avec d'autres sous-produits agricoles pour produire du biogaz, qui fournit de l'électricité et de la chaleur. La matière organique résiduelle servira d'engrais naturel pour les agriculteurs.

Le projet est né dans le Sancerrois, d’une rencontre entre un distillateur, des viticulteurs et un agriculteur. Ce dernier, Matthieu Breusse, cherchait une solution pour valoriser les sous-produits agricoles de sa région.

Rapidement il s’associe avec le bureau d’études Ledjo-Energie et se rapproche de Holding Verte, société spécialisée dans les biogaz. Ils optent pour la méthanisation, qui consiste à brasser, chauffer et faire fermenter des résidus agricoles.

« La construction de l’unité de production de biogaz commencera début 2012, sur le domaine de Matthieu Breusse, indique Frédéric Flipo, cofondateur de Holding Verte. Elle sera opérationnelle fin 2012. »

La Holding Verte récupérera des marcs de raisins distillés par la distillerie du Sancerrois pour les méthaniser. En même temps, commencera la collecte de fumier de bovins, de caprins et de petit-lait issu de crottin de Chavignol.

Le biogaz produit, qui contient plus de 55 % de méthane, servira à fournir de l’électricité revendable à EDF et de la chaleur utilisable pour sécher certaines récoltes comme le maïs.

Après méthanisation, Holding Verte prévoit de récupérer 30 000 t de digestats. « On récupère quasiment la même quantité que de résidus organiques initiaux », précise Frédéric Flipo.

Ces digestats seront cédés aux agriculteurs et aux viticulteurs selon des modalités qui restent à définir, afin qu’ils s’en servent comme d’un engrais naturel.

Selon Frédéric Flipo, c’est un moyen de renouveler le sol directement, sans apporter d’engrais fabriqués à distance. « Cela n’empêchera pas les viticulteurs de livrer leurs marcs à la distillerie », note-t-il toutefois.

D’autres projets sont en cours, dont un à Troyes (Aube), qui pourrait également inclure la filière viticole.

M. B.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Innovation
Un sel de déneigement au marc de raisin

Publié le 12 décembre 2011

Distillation des marcs et des lies
Les retraits sous contrôle vont être plus nombreux

Publié le 22 juillet 2011

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin