Actualités viticoles

Embouteillage L’union fait la force

Publié le mardi 21 mai 2013 - 16h14

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Les embouteilleurs mobiles du Grand sud méditerranéen se regroupent en association, l’Aprem, pour promouvoir leur profession. Le but est de mettre en commun leurs compétences, de communiquer ensemble sur leur profession et de rééquilibrer les forces vis-à-vis des opérateurs avec lesquels ils travaillent.

Jacques Beauclair, président d’Embouteillage service, est à l’origine de cette association qui regroupe des sociétés d’embouteillage mobile dans le sud de la France.

Jacques Beauclair, président d’Embouteillage service, est à l’origine de cette association qui regroupe des sociétés d’embouteillage mobile dans le sud de la France.

L’idée lui trottait dans la tête depuis plus de deux ans. Jacques Beauclair, président de la société Embouteillage services, basée à Pouget, dans l’Hérault, a réussi à fédérer autour de lui treize autres entreprises d’embouteillage mobile, du Languedoc-Roussillon jusqu’à la Provence.

Il a créé l’Aprem, association pour la promotion de l’embouteillage mobile, par « conviction personnelle » car il trouvait « impensable que chacun travaille de son côté ». Cette association regroupe environ « 75 % des outils mobiles de conditionnement du Grand sud méditerranéen », explique-t-il.

Mais quel intérêt y a-t-il à regrouper des embouteilleurs dans une association ? Jacques Beauclair a la réponse.

L’Aprem a défini trois axes à suivre : « Un axe technique où le savoir-faire et les compétences de chacun vont être mis en commun, un axe de communication où tous les embouteilleurs vont communiquer ensemble sur leur profession et un axe juridique où une charte sera établie entre l’Aprem, les producteurs de matière sèche, nos clients et les laboratoires d’analyse pour que tout le monde travaille main dans la main. » Cette charte, qui n’a pas encore vu le jour, devrait répartir les responsabilités des différents opérateurs.

Mais c’est avant tout le manque de reconnaissance de sa profession qui a motivé Jacques Beauclair. « Il faut travailler ensemble pour promouvoir notre métier, plaide-t-il. J’ai une certaine crédibilité auprès de mes confrères. Ils n’ont d’ailleurs pas été difficiles à convaincre puisqu’ils m’ont rejoint volontairement. »

Cela peut surprendre, mais « la notion de concurrence est passée au second plan ». En effet, chaque embouteilleur a sa propre clientèle, qui lui reste fidèle. « L’union fait la force » pourrait bien être la devise de l’Aprem.

Les membres fondateurs de l’Aprem

Aude embouteillage (11290, Montréal), Codipro (11200 Lézignan-Corbières), Ecobag (30320 Marguerittes), Benet Nicolas conditionnement et Denis Legras conditionnement (34130 Valergues), Embouteillage services (34230 Le Pouget), Embouteillage services Sud-Est 34400 Saint-Christol, Euralis Comodoc ESV (34800 Aspiran), Rodet et fils (34480 Laurens), Socemo (34280 Carnon), AMB (66600 Rivesaltes), Lauvige conditionnement (83170 Brignoles), Alternative embouteillage (84340 Malaucène) et Soprem (84170 Monteux).

Grégory Pasquier

Ces articles peuvent également vous intéresser

Languedoc-Roussillon
Plus de 4 000 ha irrigués d'ici 2015

Publié le 18 juin 2013

Limitation des rendements de vins sans IG
La profession divisée

Publié le 12 avril 2013

Provence
Premier plan collectif de restructuration du vignoble

Publié le 20 février 2013

Vinisud Asia
Le Languedoc-Roussillon à l'assaut de l'Asie

Publié le 20 février 2013

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin