Actualités viticoles

Economie du vrac « Il faut définir des tunnels de prix et encourager la contractualisation »

Publié le mardi 01 mars 2011 - 15h32

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Pour Denis Verdier, à la tête des Vignerons coopérateurs de France, chaque interprofession doit prévoir, pour la prochaine campagne, des « indicateurs de tendance de cours minima et maxima ». Cette démarche doit être opérée « par région, par appellation et par cépage » et, si besoin, « révisable tous les six mois ». Les entreprises du négoce et de la production doivent « ensuite négocier leurs affaires à l’intérieur de ce tunnel ».

Denis Verdier, à la tête des Vignerons coopérateurs de France © A. AUTEXIER

Denis Verdier, à la tête des Vignerons coopérateurs de France © A. AUTEXIER

« Si les interprofessions ne s’emparent pas du sujet, nous demanderons au ministère de l’Agriculture d’intervenir », a déclaré Denis Verdier, lors de la conférence de presse organisée ce matin au siège parisien de la Confédération des coopératives vinicoles de France. Le ton est convaincu et les propos optimistes.

Pour le président de la CCVF, l’actuelle campagne se caractérise par une « tendance à la revalorisation des cours ». La petite récolte, notamment dans le Languedoc-Roussillon, a entraîné une reprise des prix avec « des moyennes que l’on n’avait pas vues depuis cinq ou six ans ».

« Le phénomène est structurel et non pas conjoncturel », assure Denis Verdier. « C’est notamment dû au changement climatique et une conséquence des arrachages massifs opérés ces dernières années. Nous avons eu un premier rattrapage sur les cours cette année. Je parie que l’on en aura un nouveau l’an prochain. »

Ce nouveau contexte économique s’accompagne d’un nouveau contexte juridique : la dernière loi de modernisation agricole a changé les règles du jeu en permettant des indicateurs de tendance de cours. « Les interprofessions doivent s’emparer du sujet et définir des tunnels de prix. » Une fois ces « outils de régulation » arrêtés, elles doivent aussi encourager la contractualisation, « notamment pour les produits de marque ».

Dernier point abordé lors de cette conférence de presse : la préparation des négociations sur l’après OCM vins.

« L’erreur serait de croire qu’il faut maintenir une organisation communautaire spécifique au marché du vin. Bien au contraire ! La viticulture doit se retrouver à la table des négociations pour la prochaine Pac. Si on veut des lignes budgétaires, encore faut-il être présent lorsqu’on en débat », a affirmé Denis Verdier, rappelant qu’en moyenne « la viticulture française a obtenu ces dernières années 250 millions d’euros d’aides européennes par an, quand le secteur des céréales obtenait 9 milliards ».

A. A.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Marchés du vrac
Excellent début de campagne pour les vins de cépage sans IG

Publié le 17 février 2011

Bordeaux
Le marché du vrac très actif en janvier

Publié le 07 février 2011

Languedoc-Roussillon
La crise viticole se fait toujours sentir

Publié le 02 février 2011

Avertissement de FranceAgriMer
Le paiement des aides à la restructuration et à l'investissement risque d’être retardé

Publié le 20 janvier 2011

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin