Actualités viticoles

Droits de plantation Sarkozy prend position contre leur disparition (Cnaoc)

Publié le mardi 18 janvier 2011 - 20h05

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le président de la République a entendu l'appel de la Cnaoc qui réclame depuis plusieurs mois sa prise de position contre la suppression des droits de plantation de la vigne après 2015.

Lors de son discours, à l'occasion de ses vœux au monde rural mardi 18 janvier, dans le Bas-Rhin (Alsace), « le président de la République a clairement exprimé son opposition à la libéralisation des droits de plantation de la vigne », savoure un communiqué de la Cnaoc (Confédération nationale des producteurs d'appellation d'origine).

« Les vignerons attendaient cette déclaration depuis la prise de position de la chancelière allemande au printemps dernier » (le 24 mars 2010, NDLR), rappelle le communiqué des producteurs d'appellation.

Si le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, s'était à plusieurs reprises positionné dans ce sens, Nicolas Sarkozy faisait durer le suspens en éludant la question à chacune de ses sorties dans des zones viticoles.

Nicolas Sarkozy s'est dit « opposé à la libéralisation des droits de plantation » en évoquant les menaces qu'une telle mesure ferait peser sur ceux qui ont multiplié les efforts pour améliorer la qualité des vins, rapporte la Cnaoc, représentée sur place par Gérard Boesch, président de l'Association des viticulteurs d'Alsace. Ces droits seront supprimés à partir de 2015, avec une prolongation possible jusqu'en 2018 pour les Etats membres le souhaitant.

En décembre et en janvier, la Cnaoc a orchestré une vaste campagne de pression « au plus haut niveau de l'Etat », via les publications des différents syndicats d'appellations régionales, et en s'appuyant sur les élus des régions viticoles.

« Monsieur le président de la République, vous ne pouvez pas faire moins que la chancelière allemande... », persiflait la Cnaoc dans son édito de décembre.

« La prise de position de Nicolas Sarkozy (...) est de nature à rassurer les viticulteurs français et à envoyer un signal fort aux autres Etats membres de l'Union européenne », se félicite la Cnaoc.

Mais point de repos pour le guerrier : la Cnaoc appelle « le gouvernement à franchir un pas supplémentaire en se mobilisant sur la scène européenne ». Elle souhaite que la France se rapproche de son partenaire allemand, afin de fédérer d'autres Etats membres producteurs autour d'une position commune qu'ils soutiendront devant la Commission à Bruxelles.

Une délégation de représentants de la viticulture doit rencontrer le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy le mardi 25 janvier afin d'aborder ce sujet, révèle Pascal Bobillet-Monnot, directeur de la Cnaoc.

 

 

Lire également :

B. V.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Comité national de l’Inao
Encore de nouvelles appellations

Publié le 14 février 2011

Cognac
Une pétition pour le maintien des droits de plantation

Publié le 08 février 2011

En visite dans le Languedoc
Bruno Le Maire encourage la viticulture régionale à être offensive

Publié le 01 février 2011

Bordeaux
La production réunit 230 000 euros pour enrayer la chute des cours du vrac

Publié le 27 janvier 2011

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin