Actualités viticoles

Droits de plantation Les élus de la vigne se mobilisent contre leur libéralisation

Publié le jeudi 24 novembre 2011 - 17h17

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

L’Association nationale des élus de la vigne (Anev) invite tous les élus à signer une déclaration en faveur du maintien des droits de plantation. Elle était l’invitée du salon des Vignerons indépendants, acquis à cette cause, car la disparition des droits menace toute la filière vin et principalement les AOC.

De gauche à droite : Jérome Despey, président du conseil des vins de FranceAgriMer, Jacques Gravegeal, président des vins du pays d’Oc, Roland Courteau et Philippe Martin, parlementaires et coprésidents de l’Anev, et Michel Issaly, président des Vignerons indépendants. © M. CAILLON

De gauche à droite : Jérome Despey, président du conseil des vins de FranceAgriMer, Jacques Gravegeal, président des vins du pays d’Oc, Roland Courteau et Philippe Martin, parlementaires et coprésidents de l’Anev, et Michel Issaly, président des Vignerons indépendants. © M. CAILLON

À l’occasion du congrès des maires et du salon des Vignerons indépendants, le 24 novembre au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris, l’Anev déclare la mobilisation contre la suppression programmée des droits de plantation au 1er janvier 2016.

Concrètement, elle lance un appel à tous les élus à signer sa déclaration, demandant « au gouvernement et au chef de l’État de poursuivre leurs efforts » pour obtenir, avant la fin de l’année, une majorité qualifiée d’États membres en faveur du maintien des droits de plantation.

Pour l’Anev, la suppression des droits marque une rupture avec des décennies de maîtrise des droits de plantation en Europe. « Cette orientation n’est pas une erreur, c’est une faute », fait remarquer Roland Courteau, qui ne cache pas sa mauvaise humeur.

Devant le danger de désoraganisation du marché qu’induira cette libéralisation, le coprésident de l’Anev s’inquiète de la promesse non tenue jusqu’à ce jour par le ministre de l’Agriculture de tout mettre en œuvre pour obtenir une majorité qualifiée (255 voix), nécessaire à sa remise en cause.

Certes,la Grèce devrait bientôt rejoindre le camp des opposants à la libéralisation des droits de plantation, mais il manquera encore 54 voix pour que la Commission revoie sa position.

« Plus on attend, plus l’inquiétude monte auprès des jeunes, mais aussi chez les entreprises de la filière qui n’osent plus investir. C’est dramatique », renchérit Philippe Martin, l’autre coprésident de l’Anev.

Jérome Despey, président du conseil des vins de FranceAgriMer, rappelle qu’il s’agit « d’un enjeu majeur qui doit être évoqué au moment de la réforme de la Pac en 2012, seule option dans le calendrier législatif européen ».

M. C.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Gironde 
Sortie de la plaquette « Réussir ses plantations »

Publié le 16 décembre 2011

Maladies du bois de la vigne 
L’eutypiose régresse

Publié le 14 décembre 2011

Cognac 
Un automne trop doux

Publié le 14 décembre 2011

Inondations dans le Var
De gros dégâts dans les vignes

Publié le 06 décembre 2011

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin