Actualités viticoles

Définition de la publicité Le gouvernement pourrait demander son annulation aux députés

Publié le mercredi 10 juin 2015 - 15h59

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

De source parlementaire, le gouvernement s’apprêterait à demander aux députés de voter la suppression de l’amendement à la loi Macron qui définit la publicité.

Marisol Touraine serait opposée à l'amendement discuté. ©X.deTorres/MAXPPP

Marisol Touraine serait opposée à l'amendement discuté. ©X.deTorres/MAXPPP

La Commission spéciale de l’Assemblée nationale, qui se réunit depuis lundi 8 juin sur le projet de loi Macron, devrait examiner, dans la soirée du 10 juin, l’amendement visant à définir la publicité pour les boissons alcoolisées. De sources parlementaires, le gouvernement s’apprêterait à proposer aux députés de supprimer cet amendement en Commission spéciale.

Pour le député PS, Gilles Savary, très engagé en faveur de la définition de la publicité, cette initiative serait très regrettable. « Mon sentiment est que le gouvernement s’est fait manipuler par le lobby hygiéniste. Je suis affligé », déclare-t-il tout en martelant que l’amendement sur la publicité des boissons alcoolisées ne «détricote» en rien la loi Évin. « Il s’agit de clarifier une jurisprudence de 2004 qui rend imprécise la définition de la publicité. » Il ne peut d’ailleurs s’empêcher de réagir aux propos de Claude Évin parus dans «Le Parisien» le 8 juin. « Monsieur Évin considère la loi comme un mausolée. C’est une drôle de conception de l’action publique ! », tempête-t-il.

« LA MINISTRE MÈNE LA DANSE »

L’article en question aurait d’ailleurs eu beaucoup d’effet sur le gouvernement et conduit au choix de supprimer l’amendement en faveur de la publicité. Marisol Touraine, ministre de la Santé, ne serait pas étrangère à la prise de position de Claude Évin. « C’est elle qui a mené la danse ! », affirme Gilles Savary.

Reste à savoir si la Commission spéciale votera bien la suppression de l’amendement. Si c’est le cas, il est probable que les représentants professionnels viticoles prendront des positions fortes lors de la venue de François Hollande à Vinexpo. Et Gilles Savary de glisser qu’il serait « fascinant» que le président se mette dans ce mauvais pas avant sa venue à Bordeaux.

Marion Ivaldi
Vitisphere - La Vigne

Ces articles peuvent également vous intéresser

Loi Évin
Autorités sanitaires et associations dénoncent l’amendement gouvernemental

Publié le 18 juin 2015

Publicité sur l’alcool
Le gouvernement va déposer un amendement de « clarification »

Publié le 16 juin 2015

Loi Évin
Le changement, c’est pas maintenant

Publié le 15 juin 2015

Publicité et loi Évin 
Les députés ont tenu bon

Publié le 11 juin 2015

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin