Actualités viticoles

Découverte Une levure centenaire parée de tous les atouts

Publié le lundi 07 janvier 2013 - 17h14

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

En 2008, des microbiologistes suisses de l’Agroscope de Changins-Wädenswil ont trouvé une levure qui a survécu pendant 113 ans dans une bouteille de vin du millésime 1895. Depuis, ils l’ont étudiée, multipliée, puis mise à disposition des vinificateurs. Cette levure 1895 pallie les arrêts de fermentation, libère des arômes intéressants et produit peu de biomasse.

Un remède aux arrêts de fermentation ? Une levure âgée de 113 ans. Elle a été découverte dans une bouteille de vin du millésime 1895 par des chercheurs suisses. Comment a-t-elle survécu pendant toutes ces longues années ? Tout simplement en modifiant son métabolisme, affirment les chercheurs.

Ils expliquent ainsi que lors d’une fermentation alcoolique, les levures classiques utilisées en œnologie transforment préférentiellement le glucose en éthanol et délaissent le fructose. Au fur et à mesure du déroulé de la réaction, le taux de glucose diminue fortement. Et dès lors qu’il y a dix fois plus de fructose que de glucose, la fermentation alcoolique s’arrête. Pour survivre, la levure 1895 s’est donc adaptée pour pouvoir transformer le fructose.

Les microbiologistes de Changins l’ont donc multipliée et mise à disposition des vinificateurs. En pratique, elle s’est avérée efficace pour relancer les arrêts de fermentation.

« En 2011, je l’ai testé avec succès comme levure de réparation. En 2012, je l’ai utilisé sur 8 000 kg de moût de pinot noir. J’ai obtenu des vins rayonnants et fruités, avec des arômes d’une grande richesse », témoigne Dani Fürst, vigneron à Hornussen (Suisse), dans le communiqué de la station Agroscope Changins-Wädenswil.

D’après d’autres vinificateurs, cette levure libère des arômes très intéressants, typiques des cépages et produit peu d’odeur de réduit, même en absence de nutriments.

Autre avantage : elle ne produit qu’un tiers de biomasse, ce qui facilite le dégorgement pour les mousseux.

Depuis deux ans, elle est également utilisée pour la production de distillat et donne des eaux-de-vie extrêmement fruitées.

C. S.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Recherche 
Des molécules fongicides dans les sarments

Publié le 02 novembre 2012

Œnologie
L’azote, nutriment essentiel des levures

Publié le 24 août 2011

Œnologie
Un couple enzyme-levure spécifique aux rosés

Publié le 14 mars 2011

Œnologie
Chr. Hansen lance une nouvelle levure non-saccharomyces

Publié le 02 mars 2011

Base levures oenologique pour vinification
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin