Actualités viticoles

Coulure Plusieurs vignobles touchés

Publié le mercredi 20 juin 2012 - 14h58

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Cette année, la météo ne cesse de donner des sueurs froides aux vignerons. Dans plusieurs régions, la floraison s’est déroulée dans des conditions fraîches et pluvieuses. Résultat : une coulure parfois importante.

C’est le cas notamment en Côte-d’Or. « Dans certaines parcelles, la floraison a traîné en longueur, notamment sur le pinot noir. Les stades sont très hétérogènes. Lorsque l’on passe la main dans les grappes, certaines se tiennent bien et d’autres ont tous les grains qui se détachent. Pour l’instant, nous ne savons pas si cette coulure aura une incidence sur la récolte car si les conditions météo sont favorables l’été, les baies restantes pourront compenser », explique Pierre Petitot, de la chambre d’agriculture de Côte-d’Or.

En Alsace, « les températures faibles du 14 juin ont favorisé la coulure, notamment sur muscat ottonel. Certains rieslings et gewurztraminer ont également pu être marqués mais de façon moins intense », note le bulletin « De vigne en cave » du 19 juin édité par la chambre d’agriculture d’Alsace.

Dans le Bordelais, Stéphanie Florès, de l’Adar de Coutras-Guîtres-Lussac (Gironde), craint de la coulure et du millerandage sur le merlot. « La floraison est très lente, elle traîne sur la fin. Les stades sont très hétérogènes. Là, je suis sur une parcelle de merlot au nord de Lussac qui a été légèrement touchée par le gel en début de saison. Sur un même pied, je constate des grappes au stade 80 % de floraison et d’autres au stade petit pois. Pour l’instant, il est difficile de se prononcer, car toutes les parcelles n’ont pas encore atteint le stade nouaison avancé. Mais dans certaines parcelles, j’ai l’impression qu’il y a eu de la coulure », note-elle.

En Champagne, du fait de la météo chaotique, les vignerons sont également inquiets. Mais il faudra attendre début juillet pour avoir une idée précise de l’ampleur de la coulure et du millerandage.

C. S.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Bordeaux 
Sortie de crise confirmée... à moyen terme

Publié le 17 juillet 2012

Cognac
La profession se mobilise contre la flavescence dorée

Publié le 16 juillet 2012

Champagne 
Signature d’une convention export tripartite

Publié le 11 juillet 2012

Œnotourisme
Après la Bourgogne, l’ŒnoPass gagne la Champagne

Publié le 11 juillet 2012

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (1)

coulure sur pinot noir .

mercredi 20 juin 2012 - 18h14

La coulure sur nos parcelles de pinot noir entre Nuits st Georges et Gevrey Chambertin est de 100 % sur au moins 15 % des pieds. Si nous voulons conserver le rendement il faudra faire « pisser » les pieds restants, chose impossible vu que le mildiou c’est chargé de la sélection naturelle. Nous ne sommes qu’au stade nouaison, si les conditions météos ne s’améliorent pas, c’est 80 % de la récolte qui va passer à la trappe !
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin