Actualités viticoles

Côtes du Rhône Un négociant propose un acompte avant la récolte

Publié le jeudi 20 mars 2014 - 17h13

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

À compter du prochain millésime, la maison de négoce Lavau, basée à Violès (Vaucluse), dans les côtes du Rhône, propose un contrat incluant le versement du premier acompte trois mois avant la récolte.

Benoît et Frédéric Lavau dirigent la maison de négoce Lavau, située à Violès (Vaucluse).

Benoît et Frédéric Lavau dirigent la maison de négoce Lavau, située à Violès (Vaucluse).

« La trésorerie est le problème numéro un des vignerons des côtes du Rhône que nous côtoyons, annonce Frédéric Lavau, directeur général de la maison Lavau, à Violès, dans le Vaucluse. Le cours de l’appellation a, certes, remonté. Mais la récolte 2013, déficitaire de 30 %, a mis un coup de frein à la croissance au sein des exploitations. » Partant de ce constat, le négociant lance un contrat de partenariat inédit.

Il propose de régler les apporteurs de raisins sur douze mois à partir du mois de juin précédant les vendanges. « Ils recevront un premier acompte trois mois avant la récolte, pour qu’ils ne soient pas obligés d’avancer les frais de culture », précise le directeur. Le montant est calculé sur le prix moyen de la mercuriale de l’année N -1. « Nous verserons 70 % de la valeur sur douze mois, poursuit le responsable. Les 30 % de la valeur résiduelle seront versés en août de l’année qui suit la récolte. S’il y a hausse des cours, nous la répercuterons en cours de route. »

Sécuriser les approvisionnements

Avec ce contrat, le négociant veut aussi sécuriser ses approvisionnements, à l’heure où les petites récoltes s’enchaînent dans les côtes du Rhône. L’entreprise s’est par ailleurs équipée de caissons polybennes pour récupérer directement les raisins chez ses partenaires. « Nous sillonnons toute la vallée du Rhône », indique Frédéric Lavau. Aucun vigneron n’a encore souscrit. « Nous commençons tout juste à leur présenter notre modèle », justifie-t-il.

Le négociant vinifie actuellement 10 000 tonnes de raisins par an, soit 80 000 hl, dans une cuverie d’une capacité de 160 000 hl. 90 % de sa production est commercialisée en vrac. En 2013, il a fusionné avec le château Maucoil, à Châteauneuf-du-Pape (Vaucluse), pour développer les ventes de sa production en bouteille sur le secteur traditionnel français et européen. Il est également présent à l’export.

Chantal Sarrazin

Ces articles peuvent également vous intéresser

Aude 
Un négociant dans la tourmente

Publié le 14 avril 2014

Vallée du Rhône
Succès commercial à l’export et en grande distribution française

Publié le 08 avril 2014

Flavescence dorée 
Large extension en côtes du Rhône méridionales

Publié le 18 mars 2014

Vallée du Rhône
Un négociant et une coop dans le même chai

Publié le 14 mars 2014

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin