Actualités viticoles

Côtes du Rhône Assurance récolte à prix négocié

Publié le mercredi 08 février 2012 - 17h44

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le syndicat général des vignerons des Côtes du Rhône et Groupama Méditerranée ont signé un contrat d’assurance récolte pour les vignerons du Vaucluse et de la Drôme. Il revient 30 % moins cher qu’une assurance individuelle.

« Dans le Vaucluse et la Drôme, le taux de couverture des vignerons pour protéger leur récolte des aléas climatiques est de seulement 10 %, annonce Marc Acanfora, responsable du marché agricole à Groupama Méditerranée. Dans le Gard et l’Ardèche, il atteint 50 %. » Et pour cause : dans ces départements, les vignerons bénéficient de tarifs négociés avec le groupe mutualiste.

Le syndicat général des vignerons des Côtes du Rhône s’est donc rapproché de Groupama Méditerranée pour négocier un contrat d’assurance récolte avantageux pour les viticulteurs drômois et vauclusiens. Le partenariat a été scellé mi-janvier. Il prévoit deux niveaux de garanties.

Un premier contrat avec une franchise globale de 25 % couvre tous les aléas. Pour un capital de 4 000 €/ha assurés, il en coûte 37 €/ha pour l’exploitant, subventions européennes incluses. Ce contrat garantit la récolte contre neuf risques : gel, grêle, coup de soleil, excès d’eau, excès de température, inondation, pluie violente, sécheresse et tempête.

Le second contrat couvre uniquement les pertes de récolte liées à la grêle et au gel. La franchise est ramenée à 10 %. Il coûte 96 €/ha net pour le viticulteur. « Dans les deux cas, l’économie pour les vignerons est de 30 % par rapport à un contrat individuel », précise Marc Acanfora.

Le capital maximum assurable de chaque appellation est fixé à 7 500 €/ha. Ce montant va au-delà pour trois crus rhodaniens : Crozes Hermitage (11 300 €/ha), Gigondas (14 000 €/ha), Hermitage (21 000 €/ha). La date de souscription butoir est le 29 février 2012.

En 2013, si le nombre de contrats dépasse les 7 000 ha, Groupama proposera des tarifs dégressifs. 10 % de réduction de 7 001 à 10 000 ha et jusqu’à 25 % au-delà de 16 001 ha assurés.

C. Sa.

Ces articles peuvent également vous intéresser

Droits de plantation
1 200 conseils municipaux opposés à la libéralisation

Publié le 13 février 2012

Vignes nouvelles
L’Île-de-France veut des droits de plantation

Publié le 09 février 2012

Enquête InterLoire-Ipsos
Les bars à vins sont confiants dans l’avenir

Publié le 08 février 2012

Vigne
Le traitement par hélico en voie d'extinction

Publié le 03 février 2012

Suivez la Vigne sur Facebook et tenez-vous au courant des actualités viticoles
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin