Actualités viticoles

Côtes du Rhône Appel à la prudence sur la production de rosés

Publié le mardi 23 avril 2013 - 17h22

    • agrandirla taille du texte
    • rduire la taille du texte
    • imprimer

Le syndicat des Côtes du Rhône bat la campagne avec ce mot d’ordre : attention à ne pas saturer le marché des vins rosés en en produisant trop en 2013. Philippe Pellaton, président des vignerons de l’AOC, conseille de ne pas déclarer plus que ce qui a été produit en 2012, à savoir 100 000 hl.

Le syndicat des Côtes du Rhône appelle à la prudence sur la production des rosés. © C. WATIER

Le syndicat des Côtes du Rhône appelle à la prudence sur la production des rosés. © C. WATIER

La consigne va être passée d’ici les prochaines vendanges sur le terrain : le rosé c’est bien, mais trop de rosés peut vite virer au rouge... « L’alerte a été donnée en 2011, rappelle Philippe Pellaton, président du syndicat des Côtes du Rhône. Cette année-là, nous avions produit 122 000 hl. Et tout n’avait pas été vendu sereinement. Nous avions alors assisté en fin de campagne à quelques décrochages de prix. De plus, la campagne s’était terminée avec des stocks. »

La petite récolte 2012 a ramené la production de rosé à 107 000 hl. « On se rend compte qu’à 100 000 hl de rosés Côtes-du-Rhône, on passe un palier. Si on veut aller au-delà, il faut quitter notre simple position opportuniste pour aller vers une vraie stratégie rosé, avec une communication adaptée et une meilleure définition du profil produit. Nous allons discuter de cela avec le négoce dans le cadre interprofessionnel. En attendant, je conseille aux producteurs de ne pas produire plus que ce qu’ils ont déclaré en 2012. »

Le responsable professionnel rappelle qu’en début de campagne, les cours du vrac se situaient pour le rouge et le rosé Côtes-du-Rhône autour de 115 €/hl alors que la fin de campagne a vu un raffermissement sur les rouges (prix moyen mensuel de 118 €/hl) tandis que les rosés ont perdu de leur valeur (autour de 112 €/hl).

Côté grande distribution, le journal du syndicat livre, dans son édition du 11 avril, une analyse détaillée montrant que les prix en linéaires des vins rosés varient entre 1,04 euro le col (pour des vins importés sans IG) à 3,34 euros (pour le segment des vins d’appellation). Le côtes-du-rhône se situant autour de 2,80 euros le col, « il est à la fois trop cher par rapport aux IGP et sans IG français et pas assez cher par rapport aux rosés AOC leaders comme la Provence et la Loire, qui se situent autour de 3 euros le col et plus. C’est un positionnement de "ventre mou" dans lequel il est difficile de valoriser. »

Aurélia Autexier

Ces articles peuvent également vous intéresser

Communication
Les IGP rosés produites dans le Var se dotent d’un logo

Publié le 11 mai 2011

Œnologie
Un couple enzyme-levure spécifique aux rosés

Publié le 14 mars 2011

Déclaration de récolte dématérialisée
L’Alsace met au point une application libre et pratique

Publié le 10 février 2011

Farming Simulator
Les commentaires (0)
Fonctionnalité réservée aux abonnés

Le commentaire d'article est réservé aux abonnés de La Vigne.

Si vous êtes abonné, identifiez-vous dans le bloc "services experts"
situé en haut à droite de la page.

Si vous voulez vous abonner et profiter de tous les contenus du site ainsi que de l’édition papier de La Vigne, cliquez sur le lien ci-dessous :

Actualités viticulture
Toutes les Actualités viticoles

Météo locale

Vidéos

Kress : deux étoiles filantes

©M.CAILLON
Galerie Verte et Vin